Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

« Le jour où un marin aura besoin de secours, il pourra penser à cette clé »

SÉBASTIEN DESTREMAU
PHOTO CREDIT: GILLES MORELLE
Partager
Commenter

On peut dire qu'il a le vent en poupe. Le navigateur Sébastien Destremau, 18e du dernier Vendée globe a échangé quelques mots, ce mercredi matin, avec le Saint-Père lors de l'audience générale et fait bénir sa fameuse "Clé des Océans".

Remise au nom « de tous ceux qui affrontent la mer chaque jour, en recherche d’une vie meilleure ou pour leur travail », Sébastien Destremau a fabriqué cette clé avec un cintre et des bouts de bois lors de la course du Vendée Globe. Au passage du Cap Horn, le navigateur était alors le dernier encore en lice de la course autour du monde en solitaire. Il fermait symboliquement « la porte des océans » derrière lui. Il avait ensuite déposé cette clé devant la Vierge de Notre-Dame de Rocamadour après 124 jours de navigation. Car il avait senti sa proximité et sa protection. Il se confie à Aleteia.

Aleteia : Vous avez rencontré le Saint-Père ce matin. Comment cela s’est-il passé ?
Sébastien Destremau : Lors de l’audience générale, le Pape rencontre un certain nombre d’invités pour lesquels il a eu une pensée particulière. La rencontre a été brève, mais ce n’était pas une question de rapidité ou de lenteur, mais de profondeur. C’était un beau moment. Je lui ai expliqué l’histoire de la Clé des Océans et la façon dont elle avait été faite, et il y a été très sensible. L’histoire du Vendée Globe lui parlait également beaucoup, ainsi que le fait que j’ai passé cent vingt quatre jours en solitaire. Il était très intéressé. Il a pris la clé et m’a dit : « Je connais bien Rocamadour ». Il l’a bénie avec grand bonheur et m’a également béni.

Pourquoi était-ce important pour vous que cette clé soit bénie ?
Le fait que le Pape ait béni cette clé lui donne un sens beaucoup plus profond. Le jour où n’importe quel marin aura besoin de secours, il pourra penser à elle de façon symbolique. La protection vient de la Vierge, et non de la clé, mais si j’ai besoin de prendre la mer pour pêcher ou partir faire la guerre, je peux m’appuyer dessus. Aujourd’hui, cette clé ne m’appartient pas, mais elle est la propriété de tous les catholiques du monde.

Votre sentiment du moment ?
J’ai été accompagné par ma mère, l’indéboulonnable Mamita, mon frère et ma belle-sœur, ainsi que par le père Vincent Lautram [l’ancien curé des Sables d’Olonne, ndlr], dont c’est l’anniversaire aujourd’hui. Le Pape est le berger de l’humanité. Le rencontrer, c’est un grand moment. Je me suis dit ce matin que je ne savais pas que le Vendée Globe allait me conduire aussi près du Paradis.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]