Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Pourquoi la Transfiguration de Jésus a-t-elle été si brève ?

"La Transfiguration" de Raphaël (détail)
Partager

Les témoins de la Transfiguration ne comprirent pas l’événement. Pierre, Jacques et Jean durent connaître la mort et la résurrection de Jésus à Jérusalem quelque temps plus tard pour comprendre. Voilà pourquoi leur séjour sur le mont Thabor fut de courte durée.

Dans le psaume 14, le croyant demande : « Seigneur, qui séjournera sous ta tente ? Qui habitera ta sainte montagne ? » On pourrait s’attendre à ce que seuls soient habilités à monter sur la montagne de Dieu — dans la Bible, la montagne est le lieu privilégié pour rencontrer le Très-Haut — les hommes qui respectent les prescriptions rituelles relatives au culte. Or le psalmiste nous apprend que ce sont plutôt les personnes qui se montrent charitables envers le prochain qui ont le privilège de demeurer avec le Créateur sur le lieu élevé. En effet, le psaume 14 énumère les conditions à remplir pour y parvenir, et toutes ont trait au comportement à adopter envers le prochain : se conduire parfaitement, agir avec justice, dire la vérité, surveiller sa langue, ne pas faire de tort à son frère, ne pas l’outrager, honorer les fidèles, ne pas reprendre son serment, prêter son argent sans intérêt, ne rien accepter qui puisse nuire à l’innocent.

On a qualifié ce psaume de « petit décalogue ». Il marque une étape importante dans le développement du sentiment religieux de l’humanité. Désormais, le rite est moins important que l’agir et l’intention qui préside à notre comportement avec le prochain. La Bible est bien le livre inspiré qui a fait notre éducation ! Ce qui compte, ce n’est pas l’attitude extérieure, ou la dichotomie « permis-défendu », mais l’authenticité de nos rapports avec Dieu et nos frères et sœurs. C’est cette dernière qui décidera de notre familiarité avec Dieu. Habitera sur la haute montagne l’homme au cœur droit, qui « se conduit parfaitement », et non celui qui offrira un nombre conséquent de taureaux en holocauste sur l’autel (Ps 50, 18).

Redescendre de la montagne

Ce primat accordé à la charité sur les prescriptions cultuelles transparaît-il dans le mystère de la Transfiguration ? À première vue, celui-ci ne parle pas explicitement de charité à accomplir. Pierre, Jacques et Jean ont séjourné sur la montagne sainte du Thabor sans avoir fait montre d’un comportement exemplaire. Ils sont les disciples de Jésus, et c’est seulement à ce titre qu’ils ont gravi la montagne. D’ailleurs, contrairement à leur maître, ils n’y furent pas transfigurés. Seul Jésus rayonna de la gloire divine. Mais si le récit évangélique ne mentionne pas de comportement à adopter envers le prochain pour résider sur la montagne, toutefois l’interprétation de l’événement délivre un enseignement similaire pour peu que l’on creuse sa signification profonde.

Car l’épisode de la Transfiguration ne raconte pas les aléas d’un séjour prolongé sur la montagne sainte. Après avoir vu Jésus baigné de la lumière divine et la nuée (l’Esprit saint) les couvrir de son ombre, les trois disciples ont été invités par le Père à écouter son Fils. Immédiatement après, le spectacle splendide prit fin et Jésus redescendit du Thabor avec eux. Le séjour en altitude fut de courte durée ! Une telle brièveté s’explique par le fait que le mystère de la Transfiguration nous dispense une révélation similaire à celle du psaume 14. En effet, le Père, en enjoignant Pierre, Jacques et Jean d’écouter Jésus, leur enseigne en fait qu’ils ne pourront pas revenir habiter sur la montagne de la Transfiguration tant qu’ils n’auront pas intériorisé et mis en pratique les paroles de Son Fils, plus particulièrement celles de sa Passion qui est un abrégé en acte de sa prédication.

Être saint près du Seigneur

Aussi, si les disciples désirent être transfigurés comme Jésus, devront-ils auparavant lester leurs existences d’un poids d’amour comparable à celui que leur maître mit dans la sienne en vivant sa Pâque dans la ville sainte. L’intérêt de l’épisode de la Transfiguration consiste à nous révéler les conditions à remplir pour que nous rayonnions à notre tour de la gloire divine. Sinon, le mystère de la Transfiguration resterait un simple spectacle extérieur qui ne nous concernerait pas. Le disciple qui désire venir habiter la montagne du Seigneur devra pratiquer les mœurs divines, devenir semblable à Lui. Hors de là, il restera un étranger dans Sa maison. En nous invitant chez Lui, Dieu nous partage Sa table. Cette métaphore de commensalité signifie qu’Il désire nous partager Sa sainteté. Autrement dit, c’est en devenant saints que nous demeurerons sur Sa montagne. Or la voie d’accès à la sainteté réside dans l’écoute et la mise en pratique des paroles du Christ. C’est la raison pour laquelle la brève séquence de la Transfiguration prend fin avec les paroles du Père : « Écoutez-le ! »

Notre transfiguration dépend de notre amour

La montagne de la Transfiguration est l’antichambre de l’éternité durant laquelle l’espérance et la foi disparaîtront. Seule subsistera la charité. Or, sur le Thabor, les trois disciples virent de leurs yeux ce que la foi et l’espérance ne discernent sur cette terre que dans l’obscurité et la pénombre. En revanche, rien ne dit qu’ils étaient pleinement accomplis dans la charité. Pourtant, c’est cette dernière qui est la plus importante ! C’est elle qui transfigurera notre corps mortel en corps de gloire.

Voir Jésus en gloire de l’extérieur n’est d’aucune utilité pour accéder à la vie éternelle. Celle-ci n’est promise qu’à ceux qui vivent dans la charité. C’est ce qui explique la brièveté du séjour des trois disciples sur le Thabor. Pierre, Jacques et Jean restèrent dans l’ignorance de la charité parfaite tant que celle-ci n’eût pas éclaté lors de la Passion de Jésus et de la miséricorde du Père qui l’authentifia en ressuscitant Son Fils le troisième jour.

La seconde transfiguration

Donc, descente toute et direction Jérusalem où une autre montagne attend les disciples : le Golgotha ! Malheureusement, deux d’entre eux feront défection à ce moment-là. Pourtant, le Calvaire sera le théâtre de la seconde Transfiguration dans l’Esprit du Fils éternel qui s’y offrira au Père et aux hommes. Car la Croix est LA source d’irradiation de la gloire divine sur le monde. Seul l’Amour transfigure. Seul il nous permet de ne pas nous brûler les yeux devant le Très-Haut. Dieu ne partage Ses secrets qu’aux amis qui Le comprennent et Lui ressemblent, c’est-à-dire à ceux qui aiment comme Lui. À l’envieux, au jaloux, à l’avare, à l’égoïste, l’amour reste une langue inconnue et incompréhensible.