Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

À la suite de Jeanne d’Arc, trouvons notre place dans le plan de Dieu !

© Daniel Stockman
Statue équestre de Jeanne d'Arc à Paris.
Partager

Le confinement nous rappelle à quel point la vie de foi est éloignée des considérations du monde contemporain. Pour un chrétien, cette situation obscure ne peut pas laisser indifférent. La figure de Jeanne d’Arc peut nous aider à l’éclairer.

Sainte Jeanne d’Arc, dont le diocèse d’Orléans célèbre ce 17 mai les 100 ans de la canonisation, nous propose un chemin de sainteté qui s’élève au-dessus des petitesses et des mesquineries du temps. N’hésitant pas à tout laisser pour suivre l’appel du Seigneur, la pucelle d’Orléans a su braver les commentaires, les rumeurs et les ragots pour se consacrer avec succès à la tâche que Messire Dieu avait voulu lui confier.

En acceptant la volonté divine, Jeanne d’Arc est entrée dans l’Histoire de France. À la suite des rois et des prophètes de l’Ancien Testament, elle nous rappelle que la foi n’est pas un trésor à garder enfoui au plus profond de son cœur, ou du chœur des églises et des monastères. Elle nous rappelle que Dieu nous appelle, par la grâce du baptême, à être « la lumière du monde ». Un appel auquel elle a répondu, au mépris de sa propre vie et des humiliations subies. Cet oubli de soi, au service du Seigneur, nous interpelle dans un monde paralysé par la peur et saturé d’images de soi.

« Peu éduquée, peu cultivée, sainte Jeanne d’Arc nous donne une véritable leçon de laïcité. »

Sainte Jeanne d’Arc, au XVe siècle comme aujourd’hui, nous donne à méditer sur notre rôle de chrétien dans le monde. Peu éduquée, peu cultivée, elle nous donne une véritable leçon de laïcité et de liberté : en effet, l’action de la pucelle nous montre que la sainteté rayonne dans le monde et permet d’accomplir de grandes choses, sans se réclamer de l’autorité ecclésiale. Plus important peut-être, la triple donation – geste par lequel Jeanne demande à Charles VII, avant la reconquête, de lui donner le royaume de France, qu’elle remet ensuite à Jésus Christ qui le rend enfin à Charles (le tout sous acte notarié !) remet Dieu à l’origine et à la source de tout pouvoir, après plusieurs décennies de lutte entre les Rois de France et la Papauté.

Cette laïcité est aujourd’hui largement acquise. Pourtant, elle ne doit pas faire oublier leurs responsabilités aux chrétiens ! Surtout, elle ne doit pas nous faire croire que notre foi est un phénomène purement intérieur, que Dieu se désintéresse des affaires du monde. Au contraire, la vie de Jeanne d’Arc nous rappelle que Dieu souhaite nous voir y jouer un rôle unique, irremplaçable.

Être saint, c’est accepter et occuper pleinement ce rôle, y consacrer notre vie. En méditant sur la vie et les vertus de Jeanne d’Arc – elle-même portée par la prière –, nous pouvons ainsi laisser Dieu faire de nous ses instruments.