Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

« Jeanne d’Arc nous enseigne la prière dans l’action et l’action dans la prière »

JEANNE D'ARC
Pixabay
Partager

Si le confinement imposé face à l’épidémie de covid-19 a obligé la ville d’Orléans à reporter les fêtes johanniques, Jeanne d’Arc, dont cette année est le centenaire de sa canonisation, sera bel et bien à l’honneur grâce à une vidéo inédite diffusée à partir du 1er mai. « Jeanne d’Arc nous enseigne tout, absolument tout, et tout particulièrement pendant cette période de confinement », assure à Aleteia Mgr Blaquart, l’évêque d’Orléans et l’un des concepteurs de cette vidéo.

C’est un événement qui réjouit chaque année le cœur de milliers de personnes. À Orléans, les fêtes johanniques sont un moment de joie et de communion. Malheureusement cette année, qui marque également le centenaire de la canonisation de Jeanne d’Arc, en raison du confinement imposé face à l’épidémie de covid-19, elles ont été annulées. Mais qu’à cela ne tienne : l’association Orléans Jeanne d’Arc, en partenariat avec le diocèse d’Orléans, ont décidé de réaliser une vidéo sur la sainte qui sera diffusée le 1er mai à 18h sur Youtube à l’occasion de la fête de la jeunesse chrétienne.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=s9P_63sxBhg%5D

Composée de témoignages variés allant du chanteur Yoann FreeJay, vainqueur de The Voice 2, à Max Guazzini, ancien président du Stade Français et du directoire du groupe NRJ en passant par le général Pierre de Villiers et le nouveau nonce apostolique en France, Mgr Migliore, la vidéo présente également des enseignements de Mgr Jacques Blaquart, évêque d’Orléans et Mgr Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, sur Jeanne d’Arc. « Jeanne d’Arc nous enseigne tout, absolument tout. Elle va s’engager sur tous les plans : spirituel, politique et même économique en prenant soin des plus pauvres et en venant instaurer la paix sociale », explique à Aleteia Mgr Blaquart. Entretien.

Aleteia : Qu’est-ce que la figure de Jeanne d’Arc nous enseigne ?
Mgr Jacques Blaquart : Elle nous enseigne tout, absolument tout ! Il y a quelque chose de complet en elle. C’est à la fois une contemplative et une active. Jeanne d’Arc va s’engager sur tous les plans : spirituel, politique et même économique en prenant soin des plus pauvres et en venant réinstaurer la paix sociale. Tout d’abord c’est une fille de Dieu, c’est ainsi que le Christ l’appelle. Mais c’est aussi une fille du peuple qui se retrouve en elle car elle en est proche, avec une attention toute particulière aux plus petits.

« Jeanne nous apprend qu’on ne peut vivre avec les autres que si on est capable, soi-même, de solitude. »

En quoi cette période de confinement nous rapproche-t-elle d’elle ?
Il ne fait pas oublier que Jeanne d’Arc a été elle-même confinée. Pas seulement à Rouen quand elle fut emprisonnée mais aussi à Sully-sur-Loire ou elle ronge son frein avant de pouvoir partir avec une petite troupe. Elle éprouve également un réel sentiment lorsqu’elle rejoint le roi à la cour mais que ce dernier prend son temps. Jeanne d’Arc ne supportait pas ce confinement à attendre. Mais on peut en tirer deux enseignements. Sur le plan humain, elle nous apprend à vivre avec l’ennui, la contrariété. On subit ce confinement, on ne l’a pas choisi. Jeanne nous apprend qu’on ne peut vivre avec les autres que si on est capable, soi-même, de solitude. Comme elle, nous apprenons à vivre seul hors de nos canaux habituels. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », peut-on lire dans la Bible. C’est aussi cela le confinement : apprendre à s’aimer soi-même, à vivre avec soi-même. Le deuxième enseignement de Jeanne d’Arc est que même dans cette solitude, nous ne sommes pas vraiment seul. Dieu est là. Lorsque le confinement est rempli de Dieu, il devient une relation profonde. Tout au long de sa vie, Jeanne a toujours prié, elle allait facilement dans les églises, demandait à aller à la messe et se confessait quasiment tous les jours. Que ce soit lorsqu’elle était confinée ou non confinée, Jeanne, c’est l’action dans la prière et la prière dans l’action.

La vidéo sur Jeanne va être ce vendredi 1er mai à l’occasion de la fête de la jeunesse chrétienne. Pourquoi parle-t-elle autant à la jeunesse ?
Le pape François en a parlé comme d’une prophète pour notre temps. Et c’est exactement cela : elle nous dit quelque chose sur la manière dont nous devons nous être des serviteurs a la manière du Christ. Au fond, elle est appelée par Dieu comme chacun l’est par le baptême. Et en réponse elle va y mettre le prix. Il y a un vrai choix à faire pour suivre le Seigneur, il y a une vraie réponse à donner à Dieu. Elle y met le prix jusqu’à mourir en martyr au bucher de Rouen.

Dans cette vidéo vous bénissez également Orléans et ses habitants du haut de la cathédrale. Pourquoi un tel geste ?
Ma devise épiscopale est « Au Christ pour ce monde ». Dieu, qui a tant aimé le monde, n’est pas là pour le condamner mais pour le sauver. C’est tout le sens de cette bénédiction et de toutes celles qui ont eu lieu depuis le début de la pandémie. Ce geste de bénédiction vient rappeler cette réalité. Je sais que Dieu peut beaucoup pour cette ville, pour les jeunes qui l’habitent. S’ils se mettent à Son écoute ils découvriront le magnifique dessein qu’à Dieu pour eux.