Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

La paix des uns correspond à la guerre des autres, dénonce le pape François

Partager

La paix de la mondialisation économique « n’est pas la paix du Christ », a déclaré le pape François lors de son audience générale, prononcée dans la bibliothèque de ses appartements apostoliques, ce mercredi 15 avril. Il a déploré qu’aujourd’hui, « la paix des uns » semble correspondre à « la guerre des autres ».

Au cours de cette audience, la première après la fête de Pâques, le pape François a repris sa catéchèse sur les Béatitudes (Mt 5,3-12), interrompue pendant la Semaine sainte. Cette fois-ci, il s’est arrêté sur celle dans laquelle le Christ affirme : « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu ».

A rebours de cette paix, le successeur de Pierre a une nouvelle fois dénoncé l’état de « guerre en morceaux » qui touche le monde aujourd’hui. « Dans le cadre d’une mondialisation faite principalement d’intérêts économiques et financiers, la paix des uns correspond à la guerre des autres », a-t-il fait remarquer. Cette paix « n’est pas la paix du Christ », a-t-il affirmé.

Ceux qui pratiquent « l’art de la paix »

Le sens du mot paix peut être mal « compris ou banalisé » aujourd’hui, a déploré le Souverain pontife. On peut comprendre la paix selon le sens du mot hébreu « shalom », qui signifie « l’abondance, la prospérité, le bien-être », ou selon un sens plus moderne, comme une « tranquillité intérieure », même si, a souligné le 266e pape, ce sens est incomplet et « ne doit pas être absolutisé ».

Dépassant ces deux significations, les « artisans de paix » des Béatitudes sont ceux qui pratiquent « l’art de la paix ». La vraie paix découle « de la paix du Christ, qui vient de sa Croix ». Elle consiste à « faire deux en un » (Ep 2, 14), c’est-à-dire à « annuler l’inimitié et à se réconcilier ».

La paix du Christ est le vrai bonheur

Cette paix des « enfants de Dieu, qui par le sang du Christ cherchent et trouvent leurs frères et sœurs, est le vrai bonheur », a déclaré le pontife. Elle s’incarne dans la « foule infinie de saints et de saintes, inventifs, créatifs, qui ont imaginé des façons toujours nouvelles d’aimer ».

Lors des appels, le pape François a rappelé aux fidèles polonais que dimanche suivant est le jour de la fête de la Divine Miséricorde, instituée par le pape Jean-Paul II. Ce sera l’occasion de prier « Jésus miséricordieux pour l’Eglise pour toute l’humanité, en particulier pour ceux qui souffrent en ces temps difficiles », a-t-il dit.