Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Méditer l’Évangile des Rameaux avec une Icône du XVe siècle

L'Entrée du Christ à Jérusalem (1497), icône russe, musée du monastère Kirillo-Belozersky, Russie.
Partager

Peinte en 1497, cette magnifique icone est conservée au monastère-musée Saint-Cyrille-du-Lac-Blanc, situé au nord de la Russie. En ce dimanche des Rameaux, elle va nous accompagner dans la méditation de l’Evangile qui raconte l’entrée triomphale du Christ à Jérusalem.

Alors que la nouvelle de la résurrection de Lazare s’est répandue, les habitants de Jérusalem apprennent que Jésus approche de la Ville sainte : voici qu’ils sortent en foule à sa rencontre, pour lui faire un accueil triomphal (cf. Jn 12, 12-13). À l’ombre du mont des Oliviers, symbole de la présence divine, Jésus s’avance. Les prophéties (cf. Za 9, 9) et les Évangiles (cf. Mc 11, 2) le décrivent assis sur un ânon. Cependant, au XVe siècle, cet animal était inconnu dans les régions septentrionales de Russie, aussi l’hagiographe l’a-t-il remplacé ici par un cheval.

Heritage Images / Fine Art Images / akg-images.

Le Seigneur est suivi de ses Apôtres, au premier rang desquels, comme bientôt au tombeau, Pierre et Jean. Il tourne la tête vers eux et, de sa main droite, leur indique l’entrée dans la ville, en référence à l’épisode où ils le supplièrent de ne pas retourner à Jérusalem (cf. Jn 11, 7-16).

Heritage Images / Fine Art Images / akg-images.

L’arbre de vie qui s’enracine dans la montagne sainte est placé au centre de l’icône, comme il l’était au centre du paradis terrestre. C’est lui qui va fournir ses palmes pour exalter le nouvel Adam, aussi bien que le bois de la croix. Il divise l’icône en deux, exerçant le discernement entre l’ancienne et la nouvelle Alliance.

Ils ont préfiguré le Sauveur et l’ont tant désiré

Heritage Images / Fine Art Images / akg-images.

Sur la droite, sortant de la Ville sainte et venant au-devant de Jésus, la foule des justes de l’Ancien Testament, un rameau à la main. Ils ont préfiguré le Sauveur et ont tant désiré sa venue qu’ils lui font un triomphe. À leur tête, Élie et Moïse désignent Jésus comme étant bien le Messie. Et avec eux accourent tous les Juifs contemporains de Jésus qui ont cru en lui. Enfin, à l’avant-garde de la foule des fils de la promesse, des enfants tapissent le chemin du Seigneur de leurs manteaux, actualisant la prophétie du psaume 8, 2-3 :

Ô Seigneur notre Dieu,
qu’il est grand ton nom, par toute la terre !
Jusqu’aux cieux, ta splendeur est chantée
par la bouche des enfants, des tout-petits :
rempart que tu opposes à l’adversaire,
où l’ennemi se brise en sa révolte.

Par la bouche des enfants, ta splendeur est chantée !

Après être entré dans la ville, Jésus va se rendre au Temple. Là, les prêtres et les clercs se scandaliseront de ce que des enfants l’acclament à nouveau en criant : « Hosanna au fils de David ! » Jésus va leur fermer la bouche en citant précisément le psaume 8 (cf. Mt 21, 15-16). Déjà, il avait prévenu ses disciples que le vrai scandale, le plus abominable, c’est au contraire de porter atteinte aux enfants qui croient en lui (cf. Mt 18, 6). Et il insistait encore et encore (Mt 18, 10) :

Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits,
car, je vous le dis, leurs anges dans les cieux
voient sans cesse la face de mon Père .

À l’ouverture de la Semaine sainte, contemplons cette icône qui souligne l’empressement des enfants à bénir celui qui vient au nom du Seigneur, et redécouvrons pourquoi « le royaume des Cieux est à ceux qui leur ressemblent » (Mt 19, 14).

Heritage Images / Fine Art Image
L'Entrée du Christ à Jérusalem (1497), icône russe, musée du monastère Kirillo-Belozersky, Russie.
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]