Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Laura, une « maman assise » qui bluffe par son énergie

Laura Miola
Partager

Laura Miola utilise son profil Instagram pour parler de handicap et de maternité, mais surtout de bonheur. Pour elle, la vraie manière d’influencer les autres, c’est de témoigner d’une vie ordinaire vécue de façon authentique.

Sur son profil Instagram, suivi par près de 50.000 personnes, une mère qui câline son petit garçon, un papa à l’air heureux, un couple à tel point rayonnant qu’on le verrait bien en une d’un magazine féminin comme il en existe des dizaines dans les kiosques… Mais aussi une maman en fauteuil roulant. Laura Miola, 30 ans, a un mari et un petit garçon, Ferdinando. Et pour cette Italienne qui aime la vie, Instagram est une magnifique occasion de témoigner de sa beauté.

Atteinte d’une maladie dégénérative depuis l’âge de 3 ans, cela fait 21 ans qu’elle est contrainte d’utiliser un fauteuil roulant. Mais comme elle l’écrit elle-même, « contrainte » n’est pas le bon mot puisque ce fauteuil roulant est pour elle un symbole de liberté et une façon de lancer ce message aux autres : « N’abandonnez pas ! ». « Cela ne signifie pas qu’on ne vit pas de moments difficiles, ni qu’il faut prétendre qu’ils n’existent pas, car la vie est parfois violente. Mais on peut décider de se sentir victime des événements et de rester spectateur de sa vie, ou bien d’en être acteur et de voir dans une averse de grêle l’occasion de se préparer un mojito ! », écrit-elle avec un brin d’humour sur sa page.

View this post on Instagram

Essere in carrozzina non è sempre facile, a volte devi ingoiare bocconi amari che non vorresti ingoiare. Soprattutto da mamma, vorresti fare 1000 cose per tuo figlio ma il tuo corpo ricorda che devi rallentare e accettare anche un aiuto. Ieri nelle storie ho parlato della mia visione della vita e della disabilità, penso davvero che non voglio permettere alla mia disabilità di decidere per la mia felicità. La vita non è sempre rose e fiori, quelle vite perfette che ci mostrano sui social non rispecchiano la realtà. Nella vita reale ci sono difficoltà che vanno affrontate, esistono momenti in cui ti senti stanca, a volte arrabbiata e a volte ti piacerebbe avere una bacchetta magica e rendere le cose più semplici. Chi non ha mai provato una sensazione del genere? Questo vale per tutti e per tante situazioni della vita. C’è una parola però che mi piace tanto e che ho cercato di fare mia nel corso del tempo “resilienza”. La resilienza è la capacità di assorbire un urto senza rompersi. In psicologia, la resilienza è un concetto che indica la capacità di far fronte in maniera positiva a eventi traumatici, di riorganizzare la propria vita dinanzi alle difficoltà, di ricostruirsi restando sensibili alle opportunità che la vita offre. Ho preso spunto da chi è più bravo di me in questo concetto e mi sono “rialzata”. Ogni tanto si inciampa, si cade, ci si sbuccia un ginocchio ma bisogna rialzarsi e trovare sempre un motivo per farlo. Come ho detto, io non voglio voltarmi a guardare ciò che non ho, ma voglio guardare a ciò che ho ed esserne grata ⭐️ . . . . . #mamma #resilienza #mammaefiglio #power #love #ig_motherhood #italia #happy #domenica #pensieri #nolimits

A post shared by Laura Miola (@laura.miola) on

Laura rêvait de devenir maman et son désir s’est concrétisé avec la naissance de son fils. Pourtant, elle avait de nombreuses craintes, dont celle de ne pas être à la hauteur en raison de son handicap, qui ne l’ont pourtant pas empêchée d’aller de l’avant. Cette « maman assise », ainsi qu’elle se nomme elle-même, donne un témoignage vibrant de ténacité et de simplicité. Elle montre que l’on ne guérit pas en dissimulant son handicap ou ses fragilités, mais en faisant face à ses difficultés et en refusant d’être guidé par ses peurs. Pour Laura, c’est à partir du moment où l’on est vraiment soi-même que la vie devient instagrammable. Car alors on peut rayonner.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]