Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Jacques Chirac, amateur de chant grégorien ?

Solesmes
Philippe Lissac / Godong
La Sarthe au bord de l'abbaye de Solesmes.
Partager

Deux mois après sa démission du poste de Premier ministre, Jacques Chirac, mort ce jeudi 26 septembre 2019, est venu se ressourcer à l’abbaye de Solesmes dans la Sarthe. Un lieu auquel il était particulièrement attaché. Et c’est le chant grégorien chanté par les moines bénédictains qui en est à l’origine…

Le 12 octobre 1976, quelques semaines après avoir quitté Matignon — l’un des faits marquants de sa longue carrière politique — Jacques Chirac a éprouvé le besoin de chercher l’apaisement derrière les murs de l’abbaye de Solesmes. Une date dont le père Louis Soltner se souvient bien. Celui qui est aujourd’hui l’archiviste à l’abbaye était à l’époque responsable de l’hôtellerie. « Même si c’est très lointain, je me souviens bien de la venue de Jacques Chirac à l’abbaye », a-t-il expliqué au journal local Le Maine libre. Dans les archives de 1976 et à la date du 12 octobre, il a retrouvé la feuille de l’agenda sur laquelle on peut lire le nom de Chirac, écrit en haut d’une liste d’une douzaine de noms. Selon le père Soltner et contrairement à ce que l’on a souvent rapporté, le futur président n’était pas venu à l’abbaye pour une retraite silencieuse. Il avait assisté aux offices d’une des plus grandes fêtes religieuses célébrée à l’abbaye : la fête de la Dédicace. Une fête réputée notamment pour ses chants grégoriens. C’est ce que confirme Bertrand Coudreau dans son livre-enquête sur les hôtes illustres de l’abbaye.

Lire aussi : Mort de Jacques Chirac : une messe célébrée à Saint-Sulpice lundi

Si Jacques Chirac n’a pas fait de retraite en silence à l’abbaye de Solesmes, il a bien assisté à tous les offices de la cérémonie religieuse, accompagné de son épouse Bernadette. Selon les moines qui étaient présents ce jour-là, l’hôte de marque s’était assis au premier rang de l’église abbatiale. Il semblait très touché par la beauté des chants grégoriens. N’est-ce pas étonnant, de la part de celui qui s’était vanté publiquement d’avoir fondé, avec Lucie Faure, femme de lettres et épouse d’Edgar Faure, l’association « de ceux qui détestent la musique et osent le dire » ?

Lire aussi : Jacques Chirac, un admirateur de Mère Teresa

En quittant Solesmes, Jacques Chirac a pourtant laissé un message enthousiaste dans le livre d’or de la communauté : « la liturgie ancestrale de l’Église latine est conservée ici comme un Trésor, à la disposition de tous les hommes en quête d’Absolu. Elle élève le cœur et l’ouvre aux grands mystères. C’est une grâce de pouvoir y puiser le réconfort et la joie. » Un message qui s’achève par « le souvenir ému du geste de piété et de fidélité fait à la mémoire du Président Pompidou ». Avec émotion, Jacques Chirac faisait en effet référence à l’enterrement du président défunt au cours de son mandat, quelques années plus tôt. Le 5 avril 1974, les moines de Solesmes avaient chanté des chants grégoriens lors des funérailles de Georges Pompidou, à Notre-Dame de Paris.

En images : plongée dans la célèbre abbaye de Solesmes
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]