Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 19 avril |
Saint Expédit
Aleteia logo
Perles du Web
separateurCreated with Sketch.

Jacques Chirac était-il un amateur de chant grégorien ?

Solesmes

Philippe Lissac / Godong

L'abbaye de Solesmes.

Marzena Devoud - publié le 28/09/19 - mis à jour le 25/09/23

Deux mois après sa démission du poste de Premier ministre, Jacques Chirac, mort le 26 septembre 2019, est venu se ressourcer à l’abbaye de Solesmes dans la Sarthe. Un lieu auquel il était particulièrement attaché. Et c'est le chant grégorien chanté par les moines bénédictains qui en est à l'origine...

Le 12 octobre 1976, quelques semaines après avoir quitté Matignon — l’un des faits marquants de sa longue carrière politique — Jacques Chirac a éprouvé le besoin de chercher l’apaisement derrière les murs de l’abbaye de Solesmes. Une date dont le père Louis Soltner se souvient bien. Celui qui est aujourd’hui l’archiviste à l’abbaye était à l’époque responsable de l’hôtellerie. “Même si c’est très lointain, je me souviens bien de la venue de Jacques Chirac à l’abbaye”, a-t-il expliqué au journal local Le Mainelibre.

Dans les archives de 1976 et à la date du 12 octobre, il a retrouvé la feuille de l’agenda sur laquelle on peut lire le nom de Chirac, écrit en haut d’une liste d’une douzaine de noms. Selon le père Soltner et contrairement à ce que l’on a souvent rapporté, le futur président n’était pas venu à l’abbaye pour une retraite silencieuse. Il avait assisté aux offices d’une des plus grandes fêtes religieuses célébrée à l’abbaye : la fête de la Dédicace. Une fête réputée notamment pour ses chants grégoriens. C’est ce que confirme Bertrand Coudreau dans son livre-enquête sur les hôtes illustres de l’abbaye.

Si Jacques Chirac n’a pas fait de retraite en silence à l’abbaye de Solesmes, il a bien assisté à tous les offices de la cérémonie religieuse, accompagné de son épouse Bernadette. Selon les moines qui étaient présents ce jour-là, l’hôte de marque s’était assis au premier rang de l’église abbatiale. Il semblait très touché par la beauté des chants grégoriens. N’est-ce pas étonnant, de la part de celui qui s’était vanté publiquement d’avoir fondé, avec Lucie Faure, femme de lettres et épouse d’Edgar Faure, l’association « de ceux qui détestent la musique et osent le dire » ?

En quittant Solesmes, Jacques Chirac a pourtant laissé un message enthousiaste dans le livre d’or de la communauté : « la liturgie ancestrale de l’Église latine est conservée ici comme un Trésor, à la disposition de tous les hommes en quête d’Absolu. Elle élève le cœur et l’ouvre aux grands mystères. C’est une grâce de pouvoir y puiser le réconfort et la joie. » Un message qui s’achève par « le souvenir ému du geste de piété et de fidélité fait à la mémoire du Président Pompidou ». Avec émotion, Jacques Chirac faisait en effet référence à l’enterrement du président défunt au cours de son mandat, quelques années plus tôt. Le 5 avril 1974, les moines de Solesmes avaient chanté des chants grégoriens lors des funérailles de Georges Pompidou, à Notre-Dame de Paris.

[EN IMAGES] Plongée dans la célèbre abbaye de Solesmes :

Tags:
Abbayechant gregorienJacques Chirac
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement