Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Laissons l’Esprit saint continuer à agir en nous

Chapelle Notre-Dame de-la-Médaille-Miraculeuse. Le Saint-Esprit plane dans une lumière rayonnante entre deux anges adorants.
Partager

Lorsque Dieu veut agir en nous, il le fait par son Esprit saint, représenté dans l’iconographie chrétienne sous forme de colombe ou de feu. Notre réponse à son action est essentiellement une réponse de foi qui change notre regard sur nous-mêmes, les autres, le monde.

Par ses dons de sagesse et d’intelligence, l’Esprit nous aide à voir toutes choses avec les yeux de Dieu, à aller au-delà des apparences pour mieux comprendre de l’intérieur les événements comme Dieu les comprend. C’est une grâce que l’Esprit fait à toute personne qui le prie avec persévérance, à l’exemple de Marie et des Apôtres à la Pentecôte. Il suffit de nous abandonner en toute confiance à son amour purifiant et transformant. Il transfigure progressivement notre cœur et le rend semblable au cœur doux et humble de Jésus.

Saint Paul insiste pour que nous nous laissions « conduire par l’Esprit de Dieu » (Rm 8, 14). Cet Esprit, que l’on oublie trop souvent d’invoquer, atteste « à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu » (Rm 8, 16). Offrons-nous à sa présence et laissons-le agir en nous ; il respecte notre liberté et il attend notre adhésion à son toucher intérieur. « Puisque l’Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l’Esprit » (Gal 5, 25) La véritable liberté se trouve en lui, source de tout amour et de toute joie qui embrasse toutes nos activités.

Consentir à la présence

Comment vivre du souffle de l’Esprit saint si nous ne nous rendons pas disponibles et réceptifs à son action en nous et dans le monde ? Nous avons à consentir à sa présence au fond de notre âme, à l’écouter sans le contrister, à le laisser prier au cœur de notre cœur sans l’éteindre, puisqu’il est le maître de la prière intérieure. « L’Esprit saint vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas prier comme il faut. L’Esprit lui-même intercède pour nous par des gémissements inexprimables » (Rm 8, 26).

En voulant être transformés par l’Esprit, son souffle nous lance sur les sentiers de notre monde, qui est trop souvent indifférent à Dieu. Il nous donne sa force en nous libérant de tout ce qui peut entraver l’annonce de l’Évangile, jusqu’au don total de notre vie. Si l’Esprit est notre force et notre trésor, nous ne manquerons de rien ; la souffrance elle-même devient un chemin d’offrande. Il suffit de l’invoquer dans la foi et il nous embrase de son feu à sa manière et en son temps : « Viens, Esprit saint, remplis le cœur de tes fidèles et allume en eux le feu de ton amour. »

Le guide intérieur

L’Esprit saint est le guide intérieur de notre âme qui nous donne de vivre une relation personnelle avec le Père et le Fils. Son enseignement vise moins à aiguiser la curiosité, qu’à enflammer la charité. Invoquer l’Esprit saint, c’est recevoir « le baiser du Père et du Fils » (saint Bernard), qui donne amour et connaissance, conseil et science, grâce et saveur. L’Esprit nous unit au Père et au Fils pour ne faire qu’un en eux. « Celui qui s’unit au Seigneur ne fait avec lui qu’un seul esprit » (1 Cor 6, 17).

L’Esprit des sept dons sacrés est donné en abondance non seulement dans les sacrements, mais aussi dans la prière contemplative, appelée oraison. Cette forme de prière intérieure est un cœur à cœur silencieux avec Dieu dans lequel nous nous savons aimés par lui, même si nous ne ressentons pas toujours son amour. L’Esprit communique à l’âme une connaissance de Dieu par les vertus théologales que sont la foi, l’espérance et l’amour. « L’espérance ne déçoit pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit saint qui nous a été donné » (Rm 5, 5).

Nous sommes les temples de l’Esprit, les membres du corps mystique du Christ qu’est l’Église. Saint Paul exhorte à faire de notre corps le lieu d’un culte spirituel que nous pouvons rendre à Dieu. « Ne ralentissez pas votre élan, restez dans la ferveur de l’Esprit, servez le Seigneur » (Rm 12, 11). Ses fruits sont concrets et multiples : « amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi » (Gal 5, 22-23).

L’Esprit habite notre corps, illumine notre esprit, sanctifie notre âme. Il imprime en nous le visage du Fils qui nous conduit à l’étreinte miséricordieuse du Père. Cette étreinte de feu et de lumière ne sera totale qu’à la mort, lorsque l’Esprit nous plongera dans l’amour infini du Père et du Fils.

« Viens, Esprit saint, et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière !

Pour aller plus loin : Le blogue de Jacques Gauthier

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]