Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

En ce mois de Marie, contemplons la figure de Marie missionnaire

Rosans benedictine abbey. Virgin Mary and child statue.
Partager

Si le mois de mai est traditionnellement désigné comme le mois où prier la Vierge Marie, c’est aussi l’occasion de se pencher sur un aspect méconnu de la figure mariale : son modèle comme missionnaire.

« [Marie] est la Mère de l’Église évangélisatrice et sans elle nous n’arrivons pas à comprendre pleinement l’esprit de la nouvelle évangélisation. » C’est sous la plume du Pape François, dans son exhortation Evangelii Gaudium que l’on peut lire cette idée qui détonne. Sollicitée par Aleteia, sœur Marie-Joëlle Bec, religieuse marianiste, nous éclaire sur cet aspect inhabituel de la figure de Marie.

Marie, présence attentive

La première qualité de Marie, explique la religieuse, demeure sa présence attentive et accueillante. Le Pape insiste sur cette vertu mariale dans l’exhortation Evangelii Gaudium mais aussi dans celle plus particulièrement adressée aux jeunes Christus Vivit, note sœur Marie-Joëlle. Sainte Marie est attentive à la Parole de Dieu mais aussi aux besoins des autres comme lors des Noces de Cana. Cette qualité se retrouve aussi chez les missionnaires. Si vous imaginez le missionnaire sur les routes, sans cesse en voyage et qui ne sait pas s’arrêter… vous avez tort ! Le missionnaire est celui qui sait s’asseoir et écouter ceux qu’il sert.

Une conviction que sœur Marie-Joëlle tire de son expérience, ayant été visité les sœurs de sa congrégation en mission dans différents pays à travers le monde. Elles témoignaient ainsi : « On fait notre travail mais ce qui compte le plus c’est la qualité de la présence, de l’écoute, de l’empathie que l’on peut avoir. » La religieuse n’hésite pas à évoquer un exemple frappant, vécu par ses sœurs : « Quand vous êtes en mission, quand vous êtes face à une femme qui vient d’accoucher et que le bébé est mort. Qu’avez-vous à faire ? Avez-vous à annoncer une bonne nouvelle ? Non ! Vous n’avez pas besoin de prononcer quoique ce soit. Seulement à accueillir la personne, peut-être à essuyer ses larmes, à être toute proche d’elle. »

Marie, exemple pour le missionnaire moderne

La Vierge Marie donne l’attitude que le missionnaire doit adopter : « Être missionnaire c’est être porteur d’une présence, du Seigneur. C’est tout à fait l’attitude de Marie, elle est aux côtés de Jésus qui fait qu’elle est là jusqu’à la Croix. À la Croix, que fait-elle ? Elle est là. Elle est présente. »

Le Pape François salue en la mère de l’Église l’esprit de la nouvelle évangélisation. « Ce monde moderne qui court » a particulièrement besoin de celle se met en hâte pour visiter Élisabeth et se met à son service juste après l’Annonciation, estime la religieuse marianiste. Mais surtout, ce monde a besoin de celle qui sait s’asseoir et discerner, qui « observait tous ses événements et les méditait dans son cœur », comme l’explique par deux fois l’évangile de Luc.

« Marie est celle qui prend le temps dans ce monde qui court de s’arrêter et de se demander  » Ou est-ce que je veux aller ? Qu’est-ce que le Seigneur attend de moi ? Qu’est-ce qui m’arrive ? » », observe la religieuse. « Or, ce discernement vous ne pouvez pas le faire en courant », poursuit-elle.

Marie, missionnaire joyeuse

La mission apporte la joie. Si le missionnaire a le sourire aux lèvres, Marie aussi est ce disciple joyeux. Le Magnificat est le signe intact d’une joie pure. « Tout le Magnificat résume la joie de la personne qui a accueilli la Parole de Dieu et qui la laisse prendre chair en elle, sans comprendre où cela va la conduire mais qui fait complètement confiance à quelqu’un qui l’aime. »

Finalement, le missionnaire est également invité se laisser porter : « Quand vous partez en mission, à l’étranger, vous partez vers l’inconnu, compare sœur Marie-Joëlle. La première chose que vous allez avoir à faire sera peut-être de vous asseoir, d’observer, d’écouter et puis d’accueillir ce qui se vit. Aussi bien les joies que les peines des gens qui vivent autour de vous pour entrer en relation, en vérité avec ces personnes. »

Prenez part à la mission d’évangélisation avec les OPM

Ces Vierges du monde :
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]