Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La Prière des Trois Cœurs, une invitation à mieux aimer et suivre le Christ

Partager

Fêté ce 16 avril, saint Benoît-Joseph Labre est surnommé « le Vagabond de Dieu » en raison de sa vocation radicale à parcourir les routes en pèlerin. Saint patron des sans-abri, des pauvres et des exclus, sa vie est une invitation au détachement pour mieux aimer et suivre le Christ.

« Pour aimer Dieu comme il convient, il faudrait avoir trois cœurs en un seul », disait-il. Un cœur pour aimer Dieu, un cœur pour aimer son prochain, et un cœur pour se protéger du péché. Selon le saint mendiant, c’est en agissant sur ces trois tableaux qu’il sera comblé dans l’éternité. Il a en ce sens composé cette prière, dite des Trois Cœurs :

Lire aussi : Saint Benoît-Joseph Labre, le détachement poussé à l’extrême

« Mon Dieu, accordez-moi, pour Vous aimer, trois cœurs en un seul. Le premier, pour Vous, pur et ardent comme une flamme, me tenant continuellement en Votre Présence et me faisant désirer parler de Vous, agir pour Vous, et, surtout, accueillir avec patience les épreuves qu’il me sera donné de devoir surmonter au cours de ma vie.

Le second, tendre et fraternel envers le prochain, me portant à étancher sa soif spirituelle en lui confiant Votre Parole, en étant Votre témoin comme en priant pour lui. Que ce cœur soit bon pour ceux qui s’éloignent de Vous, et plus particulièrement encore s’ils me rejettent ; qu’il s’élève vers Vous, vous implorant de les éclairer afin qu’ils parviennent à se libérer des filets du chasseur. Qu’il soit, enfin, plein de compassion pour celles et ceux qui ont quitté ce monde dans l’espérance de Vous voir face à face.

Le troisième, de bronze, rigoureux pour moi-même, me rendant vainqueur des pièges de la chair, me gardera de tout amour-propre, me délivrera de l’entêtement, me poussera à l’abstinence et m’incitera à me défier du péché. Car je sais que plus je maîtriserai les séductions de la nature, plus grand sera le bonheur dont Vous me comblerez dans l’éternité. Amen. »

Saint Benoît-Joseph Labre (1748-1783)

Lire aussi : Benoît-Joseph Labre, le saint qui veille sur les gens de la rue

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]