Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Benoît-Joseph Labre, le saint qui veille sur les gens de la rue

POMOC BEZDOMNYM
Shutterstock
Partager

Fêté dans l'Église catholique le 16 avril, saint Benoît-Joseph Labre est le saint patron des personnes sans domicile, des personnes déplacées et des gens « inadaptés ». Éternel vagabond, il a parcouru l'Europe à pied, véritable mendiant habité par la présence de Dieu.

Drôle de vie que celle de saint Benoît-Joseph Labre. Surnommé le « Vagabond de Dieu », le jeune garçon voulait se faire moine. Éconduit à plusieurs reprises, une fois parce que le monastère où il projetait d’entrer a été victime d’un incendie, une autre en raison de son jeune âge, ou à cause de sa santé trop fragile, il finit par partir sur les routes et devient un véritable nomade perpétuellement en pèlerinage, vivant de mendicité. La route devient son monastère. Il parcourt près de 30.000 kilomètres à pied, allant d’un sanctuaire à l’autre à travers toute l’Europe, de la Suisse, à l’Allemagne en passant par la Pologne et l’Espagne.

« II nous montre que Dieu suffit à lui seul »

C’est « l’un des saints les plus particuliers de l’histoire de l’Église », selon le pape Benoît XVI — né le jour de sa fête. « Il ne représente bien sûr pas un exemple à diffuser, mais il est un indicateur, un doigt tendu vers l’essentiel. Il nous montre que Dieu suffit à lui seul ; qu’au-delà de ce qu’il peut y avoir dans ce monde, au-delà de nos nécessités et de nos capacités, ce qui compte, l’essentiel est de connaître Dieu » (homélie du 16 avril 2012). Le jour de sa mort, les enfants de la rue se précipitent dans la rue et crient : « Le saint est mort ! Le saint est mort ! » C’est dire si son message évangélique s’est diffusé. Il est encore prié aujourd’hui, ainsi qu’en témoigne Jean-Marc Potdevin, co-fondateur du réseau Entourage, qui reconnaît l’importance de ce saint vers lequel peuvent se tourner tous ceux qui travaillent en lien avec des personnes de la rue. Ci-dessous, une prière composée par Benoît-Joseph Labre :

Père éternel,
par le sang de Jésus miséricorde :
consolez-nous dans le besoin
et les tribulations,
comme vous avez consolé
Job, Anne et Tobie
dans leurs afflictions ;
et Vous, Marie,
priez et apaisez Dieu pour nous,
et obtenez-nous la grâce
qu’humblement nous Vous demandons.

En image : Mère Teresa, une vie au service des plus pauvres
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]