Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Dix bons conseils pour un coaching socratique

STATUE OF SOCRATES
By Anastasios71 | Shutterstock
Statue de Socrate.
Partager

Donner du sens à son travail, qui n’est pas le tout de sa vie, savoir hiérarchiser ses priorités… prendre du recul, juger avec discernement.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Voici dix bonnes raisons de s’inspirer d’un coaching socratique dans son quotidien professionnel… et pourquoi pas, familial ?

1- Faire de son travail un exercice de vie personnelle

« Votre temps est limité, ne le gâchez pas en vivant une vie qui n’est pas la vôtre » disait Steve Jobs aux jeunes diplômés de Stanford. Ce conseil d’accomplissement ne leur est pas réservé. Ce qui est en jeu dans une activité professionnelle, n’est pas seulement le fait de gagner sa vie en pratiquant une activité pertinente, mais de s’accomplir. Sont concernés tous ceux qui osent aborder leur vie professionnelle comme une aventure humaine personnelle.

CONFIDENCE
Shutterstock

2- Élargir son champ de vision

La performance est bien souvent le pôle unique de la vision professionnelle. À trop vouloir la servir, on risque fort de la perdre : plutôt que de fixer son regard sur le seul guidon de la performance, mieux vaut se mettre en perspective vers l’horizon du sens.

Lire aussi : Pour les Françaises, le job de rêve concilie vie privée et vie professionnelle

3- Renouer avec ses fondamentaux

La vie professionnelle est prenante, on en oublie ce que l’on est, ses propres lignes de force et ce que l’on veut vraiment. D’où la nécessité de défendre un temps pour soi afin de ne pas se perdre dans le tourbillon des urgences.

4- Interroger ses évidences 

Quoiqu’on en pense, chacun de nous a ses points aveugles, avec des certitudes et des habitudes qui ne sont pas toutes fondées. Identifier ces routines stériles permet une progression aussi utile que libératoire.

CONVERSATION
Garetworkshop - Shutterstock

5- Exercer sa liberté

La liberté n’est pas tant un donné qu’une conquête. Les contraintes quotidiennes et le besoin de sécurité l’amenuisent. Exercer sa liberté, c’est oser la créativité et renouveler ainsi le sentiment d’exister à travers son travail, plutôt que de le subir.

6- Définir ses priorités en fonction de ce qui compte vraiment pour soi

La vie professionnelle est un cocktail de priorités : celles de son entreprise, de son service, de ses clients, de soi-même… Tout n’est pas harmonieux, et il peut devenir urgent de discerner ce que l’on est prêt à sacrifier, sans renoncer à soi-même.

Lire aussi : Burn-out : la maladie du sur-engagement ?

7- Relativiser ses émotions

Sous couvert d’agilité et de réalisme, les décisions et les raisonnements sont bourrés d’émotions… Explorer ses délibérations sous cet angle est parfois lumineux pour prendre conscience des émotions qui peuvent être mauvaises conseillères.

8- Aborder les problèmes cruciaux avec logique

La logique, c’est l’art de définir, relier et argumenter. Elle est d’autant plus nécessaire que les projets sont stratégiques, qu’il ne faut pas se laisser impressionner par l’ampleur des enjeux. La logique apporte une solidité méthodique et facilite un langage commun.

9- Trouver des mots justes

Le prêt-à-penser et le charabia managérial perturbent la relation professionnelle : ils nuisent à l’authenticité et créent de l’incompréhension. L’exercice philosophique permet à chacun de choisir les mots justes et d’être compris de tous.

Lire aussi : Les dix conseils d’Aristote aux managers

10- Développer une relation de qualité avec les autres

Pas d’équipe efficace sans un relationnel fort. Cela n’est jamais acquis, toujours à recommencer. Parce qu’au-delà des savoir-faire, la qualité des relations interpersonnelles dépend des savoir-être que chacun exerce en fonction de son propre style.

En images : les conseils des grands saints pour combattre la procrastination
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]