Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 07 décembre |
Saint Ambroise de Milan
Aleteia logo
For Her
separateurCreated with Sketch.

Trucs et astuces pour dialoguer avec un adolescent

MOTHER TEEN

Alena Ozerova I Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 15/11/18

Pistes pour instaurer le dialogue avec un adolescent et construire une relation de confiance vraie et durable.

Les parents d’adolescents peuvent en témoigner : les relations avec leur progéniture changent lorsque l’enfant devient adolescent. « Les parents ne pourront plus exercer leur autorité de manière aussi verticale que dans l’enfance mais en accompagnant le jeune au quotidien », souligne Pascale Morinière, médecin généraliste et vice-présidente des Associations Familiales Catholiques (AFC) dans son livre Au secours, mon bébé a grandi ! (Salvator). « Il leur faudra écouter, accepter le débat, inviter le jeune à s’interroger, pointer les conséquences et passer du temps au moment où il en a besoin en continuant de lui faire confiance. »


GIRL READING

Lire aussi :
« Non, la littérature jeunesse n’est plus un territoire protégé »

Si les limites et les interdits sont nécessaires, ils ne suffisent pas. « La meilleure protection est une éducation par une relation d’accompagnement et de dialogue, patiemment tissée au fil du temps », précise Pascale Morinière. Ceci demande de l’investissement, du temps, du courage et une certaine maîtrise de l’art de dialoguer avec un adolescent parfois rétif aux confidences.

Utiliser la troisième personne

La formulation à la troisième personne du singulier, faisant référence à une tierce personne, un personnage de livre ou de film, permet d’aborder des sujets intimes sans toutefois faire intrusion dans la vie de l’adolescent. Elle permet de faire passer des messages tout en gardant une juste distance. Pas évidente à utiliser quotidiennement, cette méthode est particulièrement utile pour rebondir sur un livre, un film ou une situation concernant des personnes extérieures à la famille.

DISRESPECTFUL TEENAGER
Shutterstock

Accompagner ses refus d’explications

« Les adolescents ont besoin de parents solides, qui savent dire non et qui osent se risquer dans le dialogue avec leurs jeunes », constate encore Pascale Morinière. Le dialogue ne veut pas dire laxisme, et n’entraîne pas nécessairement l’adhésion du jeune, mais il montre que le jeune est pris au sérieux et que les parents passent du temps pour lui expliquer leur point de vue. Si les phrases de refus sont accompagnées d’explications, si elles sont énoncées sans colère et sans cris, en regardant son enfant dans les yeux, elles opposent une limite structurante tout en signifiant : « Tu as du prix à mes yeux, tu es précieux et je prends soin de toi. » Ceci, un adolescent est en mesure de le comprendre.

Savoir écouter

Une écoute active est nécessaire pour établir un vrai dialogue avec son adolescent. Si nous prêtons une oreille distraite à ses propos, tout en vidant la machine ou en jetant un œil sur notre smartphone, le jeune peut vite se dire qu’il est incompris, et finir par se murer dans le silence.

PIXABAY

Poser des questions ouvertes

Initier le dialogue est plus facile en posant des questions ouvertes, qui invitent l’adolescent à s’épancher, tout du moins à prendre le temps de répondre de manière un peu plus étoffée que des borborygmes incompréhensibles. Ainsi, préférez « comment s’est passée ta journée ? » plutôt que « As-tu passé une bonne journée ? »


PHONE

Lire aussi :
Douze phrases constructives à dire à son enfant tous les jours

Donner une chance au dialogue de se poursuivre

Afin qu’une vraie conversation naisse et qu’un climat de confiance s’installe, n’interrompez pas votre adolescent ! Laissez-le parler à son rythme, quitte à observer des moments de silence. N’hésitez pas à reformuler ses propos pour montrer que vous avez bien compris son sentiment. Enfin, témoignez-lui de la bienveillance, regardez-le dans les yeux et donnez des signes d’intérêt par votre attitude et vos paroles.

Salvator

Au secours, mon bébé a grandi!Education affective et sexuelle à l’adolescence, Pascale Morinière, Salvator, octobre 2018, 16 euros

Tags:
adolescenceÉducationEnfants
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement