Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment rester une heure à l’adoration ?

Eucharistic adoration
Pascal Deloche / Godong
Partager

L’adoration eucharistique est l’un des trésors les plus précieux de la vie de l’Église. Malheureusement nous ne savons pas toujours comment passer un temps long devant le Saint-Sacrement. Voici quelques conseils pour que votre temps d’adoration porte les meilleurs fruits spirituels possibles.

Parfois, dans votre paroisse, au cours d’une retraite ou encore lors d’une visite au Sacré-Cœur, Jésus-Hostie sort de son tabernacle. Une hostie consacrée est alors exposée sur l’autel dans une sorte d’objet en or ou en argent en forme de soleil appelé ostensoir. C’est que vous êtes invité à passer un peu de temps devant Jésus, présent dans le Saint-Sacrement. Généralement, c’est la durée d’une heure qui est conseillée : « Ainsi, vous n’avez pas eu la force de veiller seulement une heure avec moi » (Mt 26, 40), dit Jésus à ses disciples qu’il trouve endormis à Gethsémani.

Comme aux disciples, il nous est difficile de rester en adoration une heure sans se laisser gagner par les distractions ou par le sommeil (certains appellent cela la « dodo-ration » !).

Voici quelques conseils pour rester une heure en présence de Jésus-Eucharistie sans s’endormir :

Porter un regard d’amour sur le Christ

Pour commencer, laissez-vous regarder par le Christ. Rappelez-vous qu’il a décidé de passer ce temps avec vous. À ce moment, il est bon de rester quelque temps à genoux (si votre santé vous le permet) afin de reconnaître votre petitesse face au mystère de l’incarnation et de la présence réelle. Mais souvenez-vous : quelle que soit l’attitude de votre corps, elle doit refléter votre mouvement intérieur, le regard d’amour que vous portez sur le Christ.

Ce regard d’amour, c’est celui du jeune homme sur sa fiancée le jour de son mariage, c’est celui d’une mère sur son nouveau-né, ou sur son fils ou sa fille qui revient d’un long voyage. C’est un regard rempli d’intimité, de silence, de joie. Voilà ce que nous devrions rechercher quand nous nous rendons en présence de Jésus-Eucharistie. Et si vous ne ressentez rien, sachez que lui le ressent. Il est infiniment plus heureux de vous voir que nous pourrions jamais l’être.

Passer du temps avec Jésus

Si vous ne savez pas quoi dire, ou quoi faire, l’important est de passer du temps avec Jésus-Hostie, le visage même de l’amour. C’est la base de toute relation : passer du temps avec l’autre. Apprenons à rester assis aux pieds de Jésus, et à choisir la meilleure part, comme Marie de Béthanie (Mc 10, 42). Ainsi, nous pourrons ouvrir nos oreilles à la volonté du Seigneur, et prier avec Jésus le notre Père : « Que ta volonté soit faite ».

Devant le Saint-Sacrement, vous pouvez prier avec la Bible. Choisissez un passage, puis lisez-le plusieurs fois. Tournez-le dans votre bouche comme un bon vin. Cela vous permettra de fixer vos pensées sur le Seigneur, et de ne pas vous abandonner aux distractions. Demandez aussi au Saint-Esprit de vous aider à comprendre ce que vous lisez.

Vous pouvez aussi prier le chapelet. La Vierge Marie a aimé Jésus plus que quiconque. À travers les mystères du rosaire, elle peut vous aider à méditer sur la vie de son fils : le contempler au jour de sa naissance, de sa passion, de sa mort et de sa résurrection. Priez avec elle : elle vous apprendra à faire « tout ce qu’il vous dira ».

Il peut être profitable de chanter intérieurement. Vous avez forcément une hymne préférée que vous connaissez par cœur. C’est le moment de la chanter dans votre tête, pour le Seigneur.

Si malgré tout cela vous êtes distrait, ce n’est pas très grave. Ne passez pas votre temps à chasser vos distractions : offrez-les au Seigneur. Si le sommeil vous gagne, ne gaspillez pas votre énergie à lutter : « Dieu comble son bien-aimé quand il dort » (Ps 126). Si vous ne tenez pas une heure, rappelez-vous qu’une demi-heure d’adoration est suffisante pour obtenir une indulgence plénière aux conditions habituelles (communion et confession dans les huit jours, prière aux intentions du Pape). Ou alors, vous pouvez diviser cette heure par tranches de dix minutes tous les jours. L’important, c’est que vous ayez fait cette démarche de passer du temps avec le Christ, présent dans l’Eucharistie.

Bien entendu, même si le Saint-Sacrement n’est pas exposé, rien ne vous empêche d’entrer dans une église pour prier devant le tabernacle (c’est même fortement recommandé !).

Venite adoremus ! (Venez, adorons-le !)

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]