Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Au festival d’Avignon, des propositions qui peuvent inspirer

POPES PALACE
Partager

Le 72e festival d'Avignon s'apprête à ouvrir ses portes dès ce vendredi 6 juillet 2018. Cette importante « manifestation du spectacle vivant contemporain » propose, à côté du festival officiel, de nombreux spectacles qui peuvent inspirer les férus de théâtre.

Environ 140.000 spectateurs sont attendus pour le 72e festival d’Avignon qui se déroule du 6 au 24 juillet prochains. Lors de la conférence de presse de clôture de l’édition 2017, Olivier Py, directeur du festival, avait annoncé que l’édition 2018 explorerait « le genre, la transidentité, la transsexualité ». Un choix que déplorait Mgr Cattenoz, archevêque de la ville, lors de ses vœux en janvier dernier. Il avait alors déclaré qu’il souhaitait « redécouvrir un festival d’Avignon qui ne sera plus centré sur l’homosexualité et le transgenre sous toutes ses formes, mais sur un théâtre qui permette à nos contemporains de s’interroger sur le sens de notre vie et sur la finalité de l’homme dans la lumière d’un art où le beau et le bon retrouveront toute leur place dans la lumière de Dieu ».

L’art, une fonction transformatrice

Ce festival, créé en 1947 par Jean Vilar dans la légendaire cité des Papes, célèbre l’art. Or, le propre de l’art n’est-t-il pas d’exercer une fonction de transformation ? On peut dire qu’il a pour vocation de transcender l’Homme, c’est-à-dire de le conduire hors de ses marasmes habituels afin qu’il rencontre l’essentiel. Pourquoi ne pas profiter de l’événement pour découvrir dans le festival off, qui compte plus de 1.500 proposition dans 133 lieux différents, des projets artistiques variés et inspirants ?

Aleteia a repéré La Boutique de l’Orfèvre, une pièce de théâtre écrite en 1960 par Karol Wojtyla, futur pape Jean-Paul II. Véritable « méditation sur le sacrement de mariage qui, de temps en temps, se présente en drame », ainsi que le souligne son sous-titre, elle sera présentée par la troupe Les Étinceleurs. Se joueront également deux pièces du jeune dominicain Adrien Candiard : Pierre et Mohamed, qui raconte l’amitié de Mgr Claverie, l’ancien évêque d’Oran, avec son chauffeur Mohamed, et Le 5e Évangile, écrit à partir de la vie et des écrits du frère Henri Vergès, religieux assassiné en Algérie. Elles seront jouées par la compagnie Aircac.

On pense aussi à Tête d’or, de Paul Claudel, ou encore, dans un registre plus contemporain, à Oscar et la dame rose, d’Éric-Emmanuel Schmitt, jolie ode à la vie. Conférences, balades sous les voûtes de la collégiale Saint Agricol, veillées de prière… permettront à ceux qui veulent allier art et foi de s’en donner à cœur joie.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.