Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 03 décembre |
Saint François-Xavier
home iconActualités
line break icon

Pré-synode : les cinq conseils du pape François aux jeunes

POPE FRANCIS

Antoine Mekary I ALETEIA

I.Media - Publié le 20/03/18

En ouverture du pré-synode des jeunes, le 19 mars 2018 à Rome, le pape François a répondu ‘à cœur ouvert’ à cinq questions posées par des jeunes de différents pays.

Sexualité, monde virtuel… le Souverain pontife a prodigué des conseils éducatifs aux jeunes, les incitant à ne pas “anesthésier“ leurs questions. En réponse à la première demande, celle de Blessing, une jeune Nigériane réfugiée depuis quatre ans en Italie après avoir été victime de la traite humaine, le pape a de nouveau dénoncé cette “mentalité malade“ qui conduit à ce qu’il appelle un “crime contre l’humanité“.

Il faut savoir distinguer, a-t-il ajouté à l’intention des jeunes : l’esclavage sexuel et la prostitution, “ce n’est pas faire l’amour, c’est torturer une femme !“, s’est exclamé le pontife, recueillant les applaudissements nourris de l’assistance. Il a également demandé “pardon“, au nom des chrétiens qui commettent ces “actes criminels“.

Confronter les sentiments à la réalité

Face à Maxime, jeune Français non baptisé et qui cherche un sens à sa vie, l’évêque de Rome a insisté sur la nécessité d’un accompagnement au discernement. “Cherche quelqu’un de confiance“, un sage qui a le don de la parole juste, et “laisse-toi interpeller“, a-t-il recommandé.

Reprenant en français quelques mots de la question posée, le pape a suggéré de ne pas “anesthésier“ les interrogations et sentiments qui surgissent, et de se confronter à la réalité. “Il faut avoir le courage de dire les vérités crues“, a-t-il appuyé, et ne pas “truquer“ les sentiments et les pensées. Sinon, “quelque chose se fermera dans l’âme“.




Lire aussi :
Le pré-synode des jeunes s’ouvre à Rome

Répondant à une jeune Argentine, Maria de la Macarena, le pape a ensuite critiqué un système éducatif basé uniquement sur la raison, qui perd la capacité de s’émerveiller. “Cela vient de l’illuminisme“, a-t-il noté, c’est-à-dire hérité des Lumières. Il faut donc “inverser la tendance“, en agissant notamment au niveau des ministères de l’Education.

Critiquer le virtuel, mais pas diaboliser

Concernant le monde virtuel, le pontife s’est montré critique, sans pour autant le “diaboliser“. C’est une richesse pour ceux qui n’en sont pas esclaves, a-t-il remarqué. Surtout, il faut que le virtuel soit arrimé au “concret“ pour garder “les pieds sur terre“. Pour cela, le successeur de Pierre a souligné l’importance du jeu, gratuit et “amateur“.


EUGENIE SYNOD

Lire aussi :
Eugénie Paris, de la pastorale étudiante au synode des jeunes

Le pape s’est ensuite adressé à un jeune séminariste ukrainien, Yulian. Il a insisté sur l’importance de ne pas rester seul dans le ministère sacerdotal, d’être lié à une communauté. Comme l’ont fait les “grands saints“, dont saint François d’Assise (1181-1226) et saint Philippe Néri (1515-1595).

Le pontife a encore fustigé le “cléricalisme“ qui fait beaucoup de mal dans l’Eglise. Il ne faut pas confondre, a-t-il précisé, le rôle paternel du prêtre avec celui d’un dirigeant, d’un “boss“. Ce dernier agit comme “un docteur, un professeur, un prince“, et non comme un frère ou un père. L’évêque de Rome a aussi moqué le “spiritualisme exagéré“ de certains prêtres.

“De pape à cardinal !“

Avec la dernière question, celle d’une religieuse chinoise, Sœur Teresina Chaoying, le pape s’est vu offrir une écharpe rouge. “De pape elle m’a refait cardinal !“, a-t-il plaisanté. Le chef de l’Eglise catholique a ensuite critiqué la “surprotection“ qui infantilise les religieux dans certains pays.

Cela risque de “castrer les personnes“, a-t-il prévenu. A l’inverse, “la vraie protection se fait dans la croissance“, sur quatre plans : spirituel, intellectuel, communautaire et apostolique. “Je préfère perdre une vocation que d’avoir un religieux malade“, a réaffirmé le pape François.

Le pré-synode doit se poursuivre jusqu’au 24 mars par des ateliers par groupes linguistiques. Ceux-ci devront formuler des propositions qui seront intégrées dans un document final. Ce dernier sera remis au Souverain pontife lors de la messe du dimanche des Rameaux, le 25.

Tags:
synode
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
Mgr Marc Aillet
Reprise des messes : César n’est pas Dieu
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement