Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

La statue de Ploërmel finalement achetée par le diocèse

STATUE JOHN PAUL II
Cyril BADET I CIRIC
La sculpture en bronze représentant Jean Paul II. Œuvre de l'artiste Zurab Tsereteli, offerte à la ville de Ploërmel dans le Morbihan.
Partager

C'est finalement le diocèse de Vannes qui va acheter à la commune de Ploërmel (Morbihan) la statue de Jean-Paul II. Menacée par une décision du Conseil d'État, son sort avait secoué à l'automne dernier les chrétiens et les partisans d'une laïcité pacifiée.

La décision a été approuvée jeudi 1er mars à l’unanimité, moins trois abstentions, par le conseil municipal de Ploërmel. La commune va céder au diocèse sa statue de Jean-Paul II pour 20 000 euros. Le monument en bronze de 7,50 mètres de haut, cadeau d’un artiste russe à la ville et installé depuis plus de douze ans sur un parking public, va être déplacée de quelques dizaines de mètres, aux frais de l’Église, vers le terrain adjacent du collège privé catholique du Sacré-Cœur, où il sera visible depuis l’espace public.

Une décision du Conseil d’État du 25 octobre dernier, la plus haute juridiction administrative française, saisie par plusieurs habitants, avait ordonné le retrait de la croix surplombant l’édifice, dans un délai de six mois, au nom de la loi de 1905.

« Afin que cette statue soit un signe efficace du témoignage de foi qu’a incarné saint Jean Paul II, le diocèse va aménager pour l’accueillir, face à l’école du Sacré-Cœur, un espace cultuel de recueillement et de prière », a annoncé l’évêque de Vannes, Mgr Raymond Centène, dans un communiqué. « Cet espace répondra ainsi au vœu de tous ceux qui se sont mobilisés au cours de ces derniers mois pour maintenir présents, visibles et vivants les signes chrétiens légués par notre Histoire ».

Soucieux de « restaurer la concorde », d' »assurer la visibilité de la croix comme symbole chrétien au cœur de la cité » et de « préserver l’intégrité de l’œuvre », Mgr Raymond Centène a également indiqué le lancement d’une souscription pour financer les travaux.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]