Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Les cinq choses que l’on ignore souvent à propos de Don Bosco

Partager

On croit tout savoir de Don Bosco, un des plus grands éducateurs de notre temps. Et pourtant.

« Sans affection pas de confiance. Sans confiance, pas d’éducation ». Ce « slogan » des salésiens constitue la meilleure synthèse de la pédagogie de don Bosco qui vise à une éducation intégrale des jeunes. Une pédagogie qui, depuis 150 ans, fait toujours ses preuves. Mais est-ce que nous savons tout de saint Jean Bosco, né en Italie en 1815 et qui passe pour l’un des plus grands éducateurs de notre temps ?  Don Bosco le saltimbanque… Don Bosco le rêveur prophétique… Don Bosco des miracles qui a bâti une église avec l’aide de Marie et n’a jamais voulu s’encombrer d’un titre pour rester le pauvre don Bosco… Voici en images ces cinq caractéristiques que vous ignorez peut-être et qui ont fait de don Bosco un des plus grands éducateurs de tous les temps.

Don Bosco, le saltimbanque

Jean Bosco a deux ans quand son père meurt. Sa mère, Marguerite, profondément croyante, ne sait pas lire, mais elle voit la présence de Dieu dans la nature et la vie quotidienne, et transmet sa foi à ses enfants. Elle aime emmener Jean dans les foires et le voir monter des spectacles pour les jeunes, lui si habile dans les acrobaties et les tours de magie. Jean leur apprend en même temps à prier. Son avenir se dessine. Le jeu restera pour lui un moyen pour conquérir le cœur des enfants.

Ses rêves

À neuf ans, Jean Bosco a eu son premier rêve, impressionnant. Il a décidé : il deviendra prêtre. Visions et prémonitions s’enchainent des plus grandes aux plus petites, comme un devoir de maths dont on lui souffle le contenu jusqu’à d’autres plus graves comme l’annonce prochaine de graves persécutions et tourments pour l’Église, contre lesquelles seuls Marie auxiliatrice et l’Eucharistie, cœur de la spiritualité salésienne, peuvent quelque chose.

Ses miracles

Saint Jean Bosco a une grande dévotion pour l’Eucharistie. Un jour, alors qu’il ne restait que huit hosties dans le ciboire pour 360 jeunes présents à la messe, un des premiers prêtres de sa future communauté des salésiens, le vit les multiplier afin de pouvoir communier. Tant d’autres miracles seront reconnus au fondateur de la Société de Saint François de Sales. Tous ces miracles il les attribuait à la Vierge Marie Notre-Dame auxiliatrice.

L’obéissant pauvre

Parmi les caractéristiques de Don Bosco, on ne saurait oublier de mentionner sa dévotion au Pape à qui, après l’Eucharistie et la Vierge Marie, il vouait un amour fervent et filial sans bornes. Il en a fait la promesse : « Les Salésiens auront pour objectif spécial de soutenir l’autorité du Pape, partout où ils se trouvent, partout où ils travaillent ». Néanmoins, pas question de se voir affubler d’un titre de haut rang dont il ne saurait que faire. Et en 1848, il refuse l’idée du pape d’en faire un « monseigneur ». « De quoi j’aurais l’air au milieu de mes jeunes (…) ils ne me reconnaitraient plus ! Les gens me croiraient riche et adieu les aumônes ! » répond-t-il. Et il est restera le « pauvre don Bosco ».

Le Bâtisseur

Parole de Don Bosco : « Nous pouvons dire que la principale quêteuse pour l’église est Marie auxiliatrice en personne. Tous les jours on commence des neuvaines avec la promesse d’offrandes si la grâce est obtenue ; jusqu’ici personne n’a été déçu et, de la sorte, les travaux de construction ne s’arrêtent pas… ». Une fois installé au Valdocco, en banlieue de Turin, Don Bosco entreprit d’y édifier une chapelle pour ses enfants : ce fut la chapelle Pinardi ; puis une plus grande :  l’église saint François de Sales bénite en 1852. Don Bosco disait la Vierge s’occupera de tout payer ! » Et ce fut le cas…

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]