Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

On a trouvé une des causes de la dépression post-partum

Shutterstock
Partager
Commenter

Des chercheurs américains ont découvert une des causes d’un type de dépression qui touche 5 à 15% des nouvelles mères : la protéine KCC2. Cependant, cette protéine n’est pas la seule raison ! Les femmes souffrant d’une absence de lien social sont les plus vulnérables. À nous de le retisser avec toutes les futures mamans qui nous entourent.

La dépression post-partum touche 5 à 15% des femmes venant de mettre au monde un enfant. Elle survient dans les quatre à huit semaines qui suivent l’accouchement et se traduit par une humeur dépressive, des insomnies, une irritabilité, une perte d’appétit, de l’anxiété, une incapacité à se lier à son enfant, des pensées suicidaires. Il s’agit d’un épisode dépressif majeur, à ne pas confondre avec le baby-blues.

Le baby-blues advient plus tôt, entre le troisième et le dixième jour après l’accouchement et à une cause physiologique due à la chute des hormones de grossesse. La dépression post-partum, elle, est provoquée par une perte de repères, d’autant plus rude si la femme est fragile psychologiquement. Le baby-blues se manifeste par des pleurs, des troubles du sommeil, une hypersensibilité, et touche environ 75% des jeunes accouchées. Il disparaît généralement au bout de quelques jours, tandis que la dépression peut durer plusieurs mois. Si le soutien de l’entourage et du repos aident à dépasser le baby-blues, il est conseillé de consulter un spécialiste pour le suivi d’une dépression post-partum.

L’importance d’être entourée

Selon une récente étude américaine, la dépression post-partum serait en partie due à l’absence d’une protéine dans le cerveau, la protéine KCC2. Cette protéine sert, entre autres, à réguler le niveau de stress. Une nouvelle mère en manque de KCC2 serait donc plus vulnérable à la dépression post-partum et à des déficits dans les soins maternels. Mais si cette carence peut être palliée par de nouveaux traitements médicamenteux, cette fameuse protéine n’est pas la seule responsable de la dépression post-partum.

Certes, il existe des facteurs personnels, tels qu’une tendance à la dépression, la monoparentalité, le stress dû à des complications de grossesse, qui favorisent une dépression post-partum. Mais il y a aussi des facteurs sociaux, sur lesquels nous pouvons agir, afin de prévenir ce type de dépression. Les femmes souffrant de dépression post-partum sont majoritairement des femmes seules, ou avec des relations difficiles avec leur conjoint, et fragilisées par un faible soutien social. À nous, donc, d’ouvrir les yeux et d’apporter, dans la mesure de ce que nous pouvons faire, un peu de chaleur et de réconfort à toutes les futures mamans.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]