Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Balade au pays des enclos paroissiaux

© Finistère tourisme
Enclos paroissial de Guimiliau
Partager

En Juillet, Morlaix ne sera plus qu'à trois heures de Paris en TGV. Un bon prétexte pour venir, en famille, faire le tour des enclos paroissiaux, les créations les plus originales du patrimoine religieux breton !

A l’époque où les toiles de lin tissées dans le Léon s’exportaient en Angleterre et en Espagne, la prospérité économique de la région a permis aux paroissiens d’édifier de magnifiques églises pour exprimer leur foi.  Rien n’est trop beau pour Dieu et pour lutter contre le Protestantisme qui gagnait, à l’époque, du terrain. Chaque paroisse se construit alors dans un enclos qui rassemble, autour de son église, une porte triomphale, un calvaire et les tombes, un ossuaire, un porche, le tout cerné d’un mur d’enceinte.

Ces constructions majestueuses, érigées entre le 15ème et le 17ème siècle, sont certainement les créations les plus originales du patrimoine religieux breton. Elles se concentrent dans la vallée de l’Elorn, entre la baie de Morlaix et la rade de Brest où une route balisée permet de parcourir ces merveilles en découvrant les monts d’Arrée et le pays de Landivisiau.

 

Belles querelles de clochers

Les fleurons du circuit sont certainement Saint-Thégonnec, Guimilliau et Lampaul-Guimilliau qui se sont livrés à une surenchère exceptionnelle. C’est à celui qui sera le plus remarquable, le plus exubérant. Saint-Thégonnec accumule les richesses ornementales en frôlant l’ostentation : calvaire à triple croix, clochetons sur l’église, chaire ouvragée. La porte triomphale est imposante, l’ossuaire résume les canons de l’architecture de la Renaissance bretonne.

Dans la crypte, se trouve une superbe mise au tombeau. Les personnages, grandeur nature, sont saisissants. De telles merveilles ont bien failli disparaître en 1998 dans un incendie, mais après une exemplaire restauration, l’enclos de Saint Thégonnec continue à dire toute la confiance en Dieu des Bretons.

ENCLOS DE SAINT THEGONNEC
© Finistère tourisme
Enclos de Saint Thégonnec

Eglise Notre Dame Saint-Thégonnec Place de l’Église, 29410  Saint Thégonnec, tél.  02 98 79 61 06

 

Retables: trésors au sein des églises

Mais les merveilles de pierre ne suffisent pas. Les paroissiens commandent de somptueux retables, rehaussés de dorures et de couleurs vives, aux charpentiers de marine de Brest qui s’inspirent des fastes flamands ou italiens. Il ne faut pas hésiter à pousser jusqu’à Commana, au pied des Monts d’Arrée, pour aller admirer le retable à Sainte Anne que certains considèrent comme le plus beau de Bretagne.

Le mobilier de l’église est digne des plus belles cathédrales baroques. Mais pourquoi cette débauche d’or et de couleurs, cette virtuosité dans la sculpture ? Les paroissiens du lieu avaient beaucoup à se faire pardonner ; ils avaient, sous le coup d’une rumeur, accusé leur curé des pires intentions et l’avaient battu et laissé pour mort. Celui-ci ayant survécu et accepté de revenir au milieu de ses ouailles, il fallait bien le contenter. Sainte Anne, si vénérée en Bretagne, préside cet ensemble au cœur du retable, avec sa fille la Vierge Marie. L’enfant Jésus, tout en finesse et dorure, coiffe le tabernacle enserré par les représentations des vertus cardinales, alors qu’au sommet, le Père présente son fils, descendu de la croix et ressuscité.

EGLISE SAINT DERRIEN
© Office du tourisme pays de Landivisiau
Eglise Saint Derrien, Retable de Saint Anne

Eglise Saint Derrien, place de l’église 29450 Commana, tél. 02 98 78 08 14

 

Fastueuses bannières

A Lampaul Guimillau, il faut aller admirer les bannières exposées dans l’église. Elles ont réussi à être conservées depuis le 17ème siècle. Présentées aujourd’hui dans des « boîtes de plexiglas » permettant de les observer des deux côtés, elles étaient auparavant rangées dans ces armoires à bannières, grands placards aménagés sur les murs de l’église, et ne sortaient que pour les pardons. Ce sont de véritables tableaux textiles faits de fils d’or et d’argent, de perles et de paillettes, appliqués sur du velours de soie.

Comme à l’époque, on se servait beaucoup de cartons de grands artistes, il ne serait pas étonnant que ce soit des œuvres du peintre Raphaël qui aient inspiré ce superbe couronnement de la Vierge. Dieu le père et son fils portant sa croix l’attendent, avec une couronne sur un ciel d’or, tandis qu’une foule de petits anges, nichés dans des nuages d’argent, la regarde avec vénération. Cette merveilleuse composition s’entoure de galons et broderies particulièrement raffinés. L’autre côté est tout aussi soigné, tout comme la seconde bannière mettant en scène Saint Pol-Aurélien terrassant le dragon, ce moine venu d’Irlande au 6ème siècle évangéliser la région et qui fonda l’évêché du Léon.

Bannière à Lampaul, Guimiliau
© Office du tourisme pays de Landivisiau
Bannière à Lampaul, Guimiliau

Eglise Notre-Dame, place de l’église 29400 Lampaul Guimiliau

 

Vierge curieuse

Autre curiosité de l’art sacré, cette vierge ouvrante conservée dans l’église Saint Matthieu à Morlaix. Probablement commandée par la confrérie des Tisserands par dévotion à la Sainte Vierge et à la Sainte-Trinité, elle est présentée au cœur de son retable, fermée jusqu’au dimanche de la Trinité, puis ouvert chaque été jusqu’au 8 septembre. Cette « Vierge ouvrante », à ne pas confondre avec les statues protégées par des volets, date de la fin du 14ème ou du début du 15ème siècle. A la manière des poupées russes, elle cache une autre statue sous les plis de son manteau : on peut en effet ouvrir celui-ci et découvrir six scènes de la Passion peintes à l’intérieur.

Quant à Marie, elle présente devant elle un groupe de la Sainte Trinité composée de Dieu le Père qui soutient le Christ en croix, la colombe s’insérant entre leur visage. Une fois refermée, la statue présente une Vierge allaitant l’Enfant Jésus qu’elle porte sur ses genoux. Au Moyen-âge, les vierges ouvrantes devaient être nombreuses si l’on en croit les inventaires, mais le concile de Trente, d’où naîtra la Contre-réforme, s’est insurgé devant cette confusion théologique qui consiste à faire accueillir la Trinité dans le sein de Marie, et a interdit ses représentations. Peu d’entre elles échappent à la destruction. Il en resterait une cinquantaine en Europe dont une quinzaine en France.

Eglise saint Matthieu, Place St-Matthieu, 29600  Morlaix

Paroisse Notre-Dame du Mur de Morlaix, tél. 02 98 02 88 05 65, https://www.doyennemorlaixtregor.com

 

Etonnantes maisons morlaisiennes

En finissant cette balade par la ville de Morlaix, on ne manquera pas non plus d’admirer une autre curiosité architecturale : les maisons « à Pondalez », autrement dit en français « à Lanterne ». Derrière les façades à pan de bois datant de la Renaissance, se cache une cour intérieure couverte, située au cœur de l’édifice, pourvue d’un escalier en vis en chêne, et de galeries, dites pondalez en breton, chargées d’assurer, sur trois étages, la communication entre les pièces.

Les propriétaires de ces maisons étaient de riches commerçants, armateurs ou tisserands. La maison de la Duchesse Anne, qui se trouve au cœur du vieux Morlaix, se visite en été. On y découvre sa « fameuse lanterne », la cour intérieure couverte, haute de 16 mètres, réchauffée par une cheminée monumentale et un escalier en vis, en chêne richement sculpté des saints protecteurs de la maison.

Maison de la duchesse Anne, 33, rue du Mur 29600 Morlaix, tél. 02 98 88 23 26, http//:www.mda-morlaix.com 

La Maison à Pondalez, 9 Grand Rue, 29600 Morlaix, tél. 02 98 88 68 88, http//:www.musee.ville.morlaix.fr

 

Pour y aller

  • En train jusqu’à la gare de Morlaix (3 heures à partir du 2 juillet 2017) puis location de voiture. Itinéraire balisé route des enclos paroissiaux.
  • Loger à l’hôtel de l’Europe, en plein cœur de Morlaix, 1, rue d’Aiguillon, 29600 Morlaix , tél. 02 98 62 11 99, http://www.hoteleurope-morlaix.com
  • déjeuner ou faire une pause au Grand café de la terrasse qui existe depuis 1885 ! 31, Place-des-Otages, 29600 Morlaix, tél. 02 98 88 20 25

Se renseigner

Maison du tourisme Baie de Morlaix-Monts d’Arrée, tél. 02 98 62 14 94

https://www.tourisme-morlaix.bzh

 http// :www.finisteretourisme.com 

Office de Tourisme de Roscoff, Côte des Sables, Enclos Paroissiaux,

Bureau d’accueil touristique du Pays de Landivisiau –29400 Landivisiau, tél.  02 98 68 33 33

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]