Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 04 décembre |
Sainte Barbe
home iconAu quotidien
line break icon

Couple : comment partager une plus grande intimité spirituelle ?

Couple Praying Rosary

By Billion Photos | SHUTTERSTOCK

Edifa - Publié le 05/06/20

Dans le champ des intimités à explorer et à approfondir avec son conjoint, il en est une qui n’est pas facile à partager : l’intimité spirituelle. La relation à Dieu doit-elle faire partie du « jardin secret » ou, au contraire, faut-il y laisser entrer son épouse ou son époux ?

Jeanne et Paul, mariés depuis seize ans, souhaiteraient aller plus loin ensemble dans leur relation conjugale. « Nous partageons sur les sujets concernant les grands domaines de notre vie, mais quand il s’agit de notre vie spirituelle, nous sommes atteints d’un mutisme qui nous étonne », confient-ils un peu déçus de leur attitude qu’ils ne comprennent pas, alors même qu’ils aspirent à une intimité plus profonde. À l’instar de beaucoup de couples chrétiens, Paul et Jeanne ont chacun une relation personnelle forte et vivante avec le Seigneur. Ils souhaitent que le partage de cette intimité les ancre encore plus solidement dans la vérité et la profondeur de leur sacrement de mariage, ainsi que dans la relation conjugale elle-même. Une telle intimité, qui ne peut être une règle universelle, nécessite bien sûr quelques préalables.

L’aventure d’une foi partagée

Pour pouvoir partager son intimité spirituelle, le couple doit être stable et partager un certain nombre de valeurs et d’attitudes, telles l’honnêteté dans la relation, la réciprocité, la confiance l’un envers l’autre et, bien sûr, le désir de grandir ensemble dans la foi. Des questions peuvent pourtant surgir et freiner l’élan d’entrer dans cette aventure (car c’est réellement une aventure !) : « Dieu ne va-t-Il pas nous demander plus que ce que nous ne pourrons faire ? Ne vais-je pas avoir honte de parler de mes doutes ou mes faiblesses à mon conjoint ? Ne vais-je pas me rendre vulnérable ? » S’ouvrir au Seigneur des turpitudes qui nous habitent, chacun personnellement, reste un secret bien gardé qu’il est légitime de ne pas divulguer : le Seigneur viendra, au plus intime de notre cœur, mettre son divin baume.

Mais notre conjoint est celui (ou celle) auquel notre vie est liée. Usque ad mortem, avons-nous dit au jour de notre mariage. Et nous n’avons pas que des côtés sombres à partager. Il y a aussi tout au long de notre cheminement spirituel, éclairé et enrichi par la lecture de la parole de Dieu, les découvertes, les joies, les espoirs qui nous traversent et nous font grandir. Nous ouvrir à notre conjoint de ce que Dieu nous enseigne, de sa présence dans notre vie, c’est ouvrir la fine fleur de notre âme à notre bien-aimé(e).

De surcroît, fondamentalement, notre conjoint n’est pas n’importe qui ! Notre bien aimé(e) est notre bien aimé(e) ! N’allons pas en chercher un autre au Ciel ! La vie spirituelle n’est pas une vie pour schizophrène ! Si nous avons bien médité, la bénédiction que le prêtre a prononcé à notre mariage, nous savons que, désormais mari et femme, nous sommes devenus, par grâce, « l’un pour l’autre sacrement de la présence du Christ ». Cela veut dire que le meilleur moyen que nous avons de rencontrer le Christ, de communiquer avec lui, de lui dire et de lui prouver notre amour, c’est de passer l’un par l’autre. Ce que dit saint Jean de l’amour de Dieu (1 Jn 4,12) est encore plus vrai pour les époux chrétiens : le seul moyen qui leur soit donné d’aimer, en acte et en vérité, Dieu qu’il n’ont jamais vu, c’est encore de s’aimer l’un l’autre. Alors oui, l’amour de Dieu atteindra dans le couple sa perfection (1 Jn 4, 17).

Marie-Noël Florant


Veillée de prière en couple

Lire aussi :
La prière conjugale, une démarche qui transforme le couple

Tags:
Couple
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Sauvetage Kevin Escoffier Vendée Globe
Timothée Dhellemmes
"Ta vie était plus importante que notre Vendé...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite