Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 21 janvier |
Sainte Agnès de Rome
home iconSpiritualité
line break icon

Toutes les mauvaises pensées sont-elles des péchés ?

young woman thinking

By Leszek Glasner|Shutterstock

Edifa - Publié le 14/05/20

Dans la vie de tous les jours, des milliers de pensées traversent notre esprit. Lorsqu’elles sont mauvaises, faut-il toujours y voir un péché ? 

Chaque fois que nous récitons le Je confesse à Dieu nous sont remises en mémoire les quatre formes concrètes que peut prendre le péché : en pensée, en parole, par action et par omission. Comme on le voit, le péché mental, « en pensée », est nommé en premier. En effet, si la tentation vient le plus souvent de l’extérieur, le péché commence toujours dans l’intériorité de la conscience, au moins sous la forme du consentement et de la complicité. Si on n’exprime pas ces mauvaises pensées où est le mal ?

Dans son débat avec les pharisiens sur le pur et l’impur, Jésus montre que ce qui souille l’homme ce n’est pas ce qui entre en lui, mais ce qui en sort : « Ce qui sort de la bouche provient du cœur, et c’est cela qui rend l’homme impur. Car c’est du cœur que proviennent les pensées mauvaises : meurtres, adultères, inconduite, vols, faux témoignages, diffamations » (Mt 15, 18-19). Le Discours sur la montagne nous alerte également : l’interdit du meurtre concerne aussi la colère intérieure, l’interdit de l’adultère concerne aussi le regard de convoitise (Mt 5, 22 et 28).

Se vautrer bel et bien en esprit

Saint Augustin le souligne : « Il est des hommes qui s’abstiennent des actions mauvaises et non des mauvaises pensées. Ceux-là purifient la chair et non l’esprit ». Il donne cet exemple très direct : l’homme pris par la passion ne se vautre sans doute pas dans le lit de la femme désirée, pourtant il s’y vautre bel et bien en esprit. C’est aussi la pensée de saint Jérôme : « Ce n’est pas la volonté de pécher qui manque à cet homme, c’est l’occasion ».

Ne peuvent être pécheresses (ou au contraire vertueuses) que les pensées volontaires, ce qui suppose de penser en acte : accueillir une pensée et l’entretenir.

Pourtant, nous ne sommes pas maîtres de nos pensées ! C’est vrai, et cela appelle deux commentaires. Il faut d’abord souligner qu’il y a pensée et pensée. Le plus souvent, il ne s’agit pas de pensées au sens strict, mais plutôt de choses qui nous passent par la tête ou par le cœur sans que nous le voulions. Cela peut aller jusqu’à la tentation, mais la tentation n’est pas le péché. Saint Augustin montre bien le seuil : quand « ce n’est plus simplement éprouver les sollicitations de la chair, mais donner plein consentement à la passion déréglée, jusqu’à ne point réprimer le désir illicite ». Ne peuvent être pécheresses (ou au contraire vertueuses) que les pensées volontaires, ce qui suppose de penser en acte : accueillir une pensée et l’entretenir.

Devenir maître de ses pensées

Il faut ajouter que le désordre des « pensées » fait hélas partie de la condition humaine. C’est un héritage du péché, qui trouble la paix du cœur et la clarté de l’intelligence. C’est pourquoi nous devons patiemment, mais résolument – devenir peu à peu maîtres de nous-mêmes, y compris de nos désirs et de nos pensées. Travail difficile et de longue haleine, qui ne se fait pas sans ascèse. Le mot est hélas tombé en désuétude – non seulement le mot, mais la chose. Pourtant l’ascèse est plus que jamais nécessaire, dans un monde qui nous bombarde sans cesse de sollicitations, d’émotions, de réactions. « Ce qui est vrai et noble, juste et pur, digne d’être aimé et honoré » (Ph 4, 8) : voilà l’objet de nos pensées !

Père Alain Bandelier


SZEMRANIE

Lire aussi :
Un mot pour faire taire les mauvaises langues

Tags:
Prièresaint AugustinSpiritualitétentation
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
young woman park
Edifa
La méthode de saint Ignace pour discerner les signes de Dieu
2
PAPIEŻ FRANCISZEK
Gelsomino Del Guercio
Le jour où le pape François a surpris tout le monde en demandant ...
3
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : le texte qui arrive au Sénat a bien changé
4
Domitille Farret d'Astiès
Le dernier compagnon de Padre Pio est décédé
5
Cerith Gardiner
Écoutez cette famille irlandaise et vous aurez forcément envie de...
6
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
7
SAMUEL ELI
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Allô, Samuel ? Comment Dieu nous appelle enco...
Afficher La Suite