Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 01 novembre |
Tous les saints

Neuf astuces pour résister à la tentation de la gourmandise

GREED-WOMAN-CAKE

Voyagerix / Shutterstock

Edifa - Publié le 07/10/19

La gourmandise est un vilain défaut qui peut engendrer bien d’autres démons. Voici quelques remèdes qui vous aideront à vaincre ce « péché mignon », pas si mignon que ça.

Qui n’a jamais péché par gourmandise ? Ce défaut du quotidien est pourtant surmontable si l’on veut bien s’en donner les moyens. Florilège d’astuces pour résister.

1Revisiter ses motivations

Prenez le temps de vous demander : « Pourquoi est-ce que je mange ? Quel bien est-ce que je poursuis ? ». « Qu’on prenne la nourriture selon le besoin de la santé et non selon son désir », recommandait saint Jean Cassien. « Ce qui est agréable n’est pas toujours bon », constatait cet homme de sagesse. Le plaisir n’est pas un signe que ce que l’on mange ou boit est bon, surtout lorsqu’un mauvais usage répété a déréglé les sens.

2Retrouver dans l'aliment un don de Dieu

« Tout ce que vous faites : manger, boire, ou toute autre action, faites-le pour la gloire de Dieu » (1 Co 10, 31). Remerciez-Le avant et après chaque repas.




Lire aussi :
De l’importance de la gourmandise pour les malades

3Rééduquer son corps

L’homme d’aujourd’hui doit réapprendre à écouter son corps entier, et pas d’abord son seul plaisir. Nous savons quand nous passons du besoin satisfait à la jouissance démesurée. Notre corps a une sagesse, il sait nous dire « stop ». Ne goûte-t-on pas une joie supplémentaire quand on sort de table sans lourdeur ?

4La parole

On prolonge le plaisir par le souvenir : que celui de tel bon repas n’en vienne pas à occuper toute la conversation. Dans le souvenir aussi, la démesure existe. Inversement, il existe une manière de se plaindre de la nourriture qui manque de réserve. La tempérance commence par le fait d’accepter le contenu de son assiette.

5Le renoncement

Women - Rejecting-Junk food
© Cat Box - Shutterstock

Ne rêvons pas : il est impossible de nous maîtriser sans un minimum de renoncement. Nous saurons qui est maître chez nous – notre volonté ou notre plaisir – seulement le jour où nous apprendrons à dire « non » à certains plaisirs. Si le jeûne nous est tellement difficile pendant le Carême, c’est que nous n’avons guère l’habitude de nous priver le restant de l’année.

Voici quelques conseils simples à appliquer régulièrement : manger un plat que l’on aime moins ou pas, renoncer à se resservir d’un mets dont on raffole, ne pas prendre d’un aliment qu’on apprécie.

6L'attitude à table

Greed-Eat a lot-Cake
© Africa Studio - shutterstock

Un prêtre dit un jour : « Si vous voulez savoir quelle intimité un homme entretient avec Dieu, regardez-le à table. S’il est attentif à chacun, soyez assuré qu’il est présent à Dieu. Mais s’il ne pense qu’à se remplir l’estomac, se sert avant les autres, raconte ses histoires sans écouter celle de son voisin, cherche plutôt la compagnie des grands qu’être assis à côté de tout le monde, on peut douter de la profondeur de sa communion avec le Seigneur ». Veillez à ne pas devenir une telle personne.

7Poser des actes

Il suffit de passer en revue les différentes espèces de gourmandise et d’en prendre le contre-pied. Par exemple, celui qui devance l’heure peut essayer de se fixer un horaire précis de repas et arrêter de grignoter lorsqu’il rentre chez lui le soir ou qu’il prépare le dîner.


POPE AUDIENCE

Lire aussi :
Orgueil et vanité, les deux grandes tentations de la vie chrétienne

8Traiter la cause

Le plaisir gustatif est une compensation. « On ne peut pas vivre sans plaisir », disait Aristote. Or manger est le plaisir le plus immédiat. On peut donc s’aider à moins manger en se faisant plaisir autrement, et en diversifiant les sources de consolation.

9Méditer l'exemple du Christ

MĘŻCZYZNA Z BIBLIĄ
Alexander Michl/Unsplash | CC0

Saint Ignace nous invite à contempler la manière dont Jésus se nourrissait. Prenons exemple sur Lui et n’oublions pas que manger, c’est être ensemble ;  être c’est partager ; partager, c’est aimer et aimer, c’est Jésus.

Père Pascal Ide et Luc Adrian 

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
conseilsGourmandise
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
NICE
Agnès Pinard Legry
Qui sont les trois victimes de l'attentat de ...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
Mathilde de Robien
L'attestation pour se rendre à la messe de la...
Afficher La Suite