Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Orgueil et vanité, les deux grandes tentations de la vie chrétienne

POPE AUDIENCE
Partager

"Nous restons pour toujours des fils qui doivent tout au Père", a rappelé le pape François lors de l’audience générale du 10 avril dernier qui s'est tenue au Vatican. Reprenant son cycle de catéchèses sur le "Notre Père", il a mis en garde contre les tentations de l’orgueil et de la vanité.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Accueilli par une mer de parapluies multicolore sortis pour affronter une pluie battante, le pape François a maintenu l’audience générale en extérieur, comme c’était prévu. Reprenant son cycle de catéchèses sur le Notre-Père, le successeur de Pierre a notamment comparé la nourriture du corps à celle de l’âme, constatant que « comme nous avons besoin de pain, nous avons besoin du pardon ». Même le plus saint d’entre tous restera « débiteur » devant Dieu. « Devant Dieu, nous sommes tous pécheurs », a-t-il insisté. « Nous restons pour toujours des fils qui doivent tout au Père ».

Pour François, il nous faut prendre garde à l’orgueil, qui est selon lui « l’attitude la plus dangereuse » du chrétien. L’orgueilleux, c’est celui qui croit pouvoir se tenir devant Dieu sans rien lui devoir. Il en va de même pour la vanité, qu’il considère comme le « pire » des « péchés subtils », dont tout le monde peut souffrir, même ceux qui vivent une « vie religieuse intense ». Comme dans ce couvent du XVIIe siècle où les religieuses vivaient en prière mais étaient « vaniteuses comme le démon ».

L’amour comme remède à l’orgueil

Pour prendre le contre-pied de ces attitudes, une seule solution : se souvenir que la vie est une « grâce », un « miracle que Dieu a tiré du néant ». Il faut également garder en tête que sans Dieu, on ne peut aimer, puisque c’est Lui qui nous a appris à le faire. « Comment ne pas reconnaître, dans la chaîne d’amour qui nous précède, la présence providentielle de l’amour de Dieu ? », a interpellé le pape.

Faire preuve d’amour, c’est aussi regarder de près l’histoire de tous ceux qui ont sombré dans l’erreur, tels les prisonniers ou les drogués. Si leur responsabilité est « toujours personnelle », il nous faut nous demander si celle-ci n’est pas le fruit d’une « histoire de haine et d’abandon ». C’est notamment là le but de notre chemin de Carême, et le pape François a conclu cette audience générale en encourageant les pèlerins à « ne pas détourner le regard du Christ sur la Croix, afin que son amour purifie nos vies et nous libère de l’orgueil » et a rappelé l’approche de « la lumière et la consolation de Pâques » à laquelle on doit se préparer « pleins de joie et d’espérance » afin de « faire nôtres les sentiments du Christ et vivre pleinement les jours de sa passion et de sa glorification ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]