Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 27 mai |
Saint Augustin de Cantorbéry
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

La lumière de Pâques dans une société dépressive

Resurrection-Aleteia.jpg

Ref:324

Benoist de Sinety - publié le 14/04/24

Ne laissons pas les puissances d’un argent idolâtré faire naître et nourrir des pulsions terrifiantes, notamment dans la jeunesse, alerte le père Benoist de Sinety, curé-doyen de la ville de Lille. Dans cette société dépressive, la lumière de Pâques nous révèle une beauté inattendue.

Des commentateurs bavards. C’est le sentiment qui m’habite de plus en plus : nous sommes devenus un peuple de commentateurs bavards. Nous n’analysons plus, nous réagissons. Nous ne réfléchissons plus, nous nous émouvons. Des adolescents se font massacrer devant leur lycée, qui s’intéresse aux causes ? Les chiffres de la consommation de stupéfiants explosent ainsi que les violences un peu partout ? On ne s’intéresse qu’aux projets de lois qui pourraient y mettre fin ou aux déploiements policiers qui suffiraient à les endiguer, comme par magie ! À force de ne regarder que des écrans, notre regard est devenu hypnotisé, ne réagissant que par à-coups aux images choc. L’émotion anesthésie toute réflexion critique. Au bord du précipice, fascinés par le vide où nos yeux nous plongent, nous préférons l’adrénaline du vertige plutôt que le recul qui permettrait de s’asseoir et de penser un peu.

À force de ne regarder que des écrans, notre regard est devenu hypnotisé, ne réagissant que par à-coups aux images choc. L’émotion anesthésie toute réflexion critique.

Des pulsions terrifiantes

Pour nous entretenir dans ce vertige, ceux qui cherchent à paralyser nos cerveaux s’y emploient à merveille. Ainsi pour le déferlement d’une pornographie que peu osent évoquer, ou la surconsommation par les mineurs de jeux vidéo interdits aux moins de 18 ans (dans son film récent Et si on levait les yeux, Gilles Vernet met en évidence comment dans sa classe de CM2 en ZEP à Paris, une partie de ses élèves jouent à ces jeux ultra violents et hyper sexualisés). L’un comme l’autre, distillent dans les jeunes cerveaux des pulsions terrifiantes. Ce ne sont pas la multiplication des logos ou les mises en garde timidement affichées qui y changeront quoi que ce soit. C’est qu’il s’agit d’abord d’industries. La pornographie par exemple opère à partir de plateformes numériques dont le modèle économique consiste à générer des clics et à vendre des espaces publicitaires. Ces plateformes sont détenues par des spécialistes de la circulation de l’argent. Rien que le marché du X génère environ 140 milliards d’euros par an, d’après un rapport du Sénat de 2023. Le poids des vidéos pornographiques dans le trafic Internet mondial est, lui, de 27%…

Un élan vainqueur

L’ensauvagement d’une partie de la jeunesse, mais surtout la vague de dépression qui s’abat sur nos adolescents (près de 40% des 12-17 ans interrogés récemment pour un sondage, disent avoir eu dans les semaines précédant l’idée du suicide), dans un paysage médical où la médecine psychiatrique semble en bien des lieux très mal en point, tout cela n’est pas très réjouissant.

Plus réconfortant, le sondage récent indiquant que 51% des jeunes Français seraient prêts à partir combattre pour défendre la patrie. Beaucoup s’engagent dans des services de coopération, dans des agences humanitaires au plus lointain comme au plus proche, des jeunes du Rocher à Roubaix aux coopérants de la DCC en Amérique latine… Ils manifestent cet élan formidable qui invite, à la jeunesse de la vie notamment, à se donner sans compter pour servir et aimer. Cet élan est encore souvent vainqueur de la somnolence morbide dans laquelle on cherche à engourdir nos sens. Mais il faut bien reconnaître que ce combat-là est de plus en plus rude.

Témoins de la Lumière

C’est dans cette société-là qu’il nous faut amener la lumière de Pâques. Cette lumière qui ne juge pas et ne commente pas nos vies dans leurs faiblesses ou leurs rêves de gloire, mais qui épouse ce que nous sommes pour y déposer une clarté nouvelle. Elle nous révèle alors une beauté bien inattendue : celle dont nous sommes inondés. Qui ne vient pas de nos exploits ou de nos réussites seuls. Elle nous est donnée. La beauté de l’Amour dont nous sommes aimés. Ne laissons pas les puissances d’un argent idolâtré prostituer en nous la bonne nouvelle qui nous est confiée. Osons renoncer au fantasme et au scintillement trompeur pour être dans nos vies témoins véritables de la vraie Lumière.

Tags:
DépressionEspérancepornographieviolence
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement