Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 03 mars |
Saint Guénolé
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Éducation sexuelle à l’école : un manque de transparence sur le contenu des séances

SEX-EDUCATION

Sergey Hramov I Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 11/02/24

Une enquête menée par l’Ifop pour le Syndicat de la famille révèle qu'une proportion importante de parents (63%) affirme ne pas savoir ce qui est enseigné à leur enfant lors des séances d’éducation sexuelle.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Selon une étude de l’Ifop menée pour le Syndicat de la famille et publiée le 9 février, la majorité des Français (62%) estime qu’il n’est pas approprié de parler de sexualité à l’école à des enfants de moins de 13 ans. Un chiffre basé sur un panel de 1.200 personnes qui ont répondu à un questionnaire en ligne du 31 janvier au 1er février 2024.

Et pourtant, à la question, « êtes-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt opposé ou tout à fait opposé à ce qu’ « une information et une éducation à la sexualité » soient effectuées dès la classe de CP ? », ils sont 44% à répondre par l’affirmative et 11% à ne pas avoir d’avis. Plus de la moitié des sondés sont donc d’accord ou sans avis pour une éducation à la sexualité dès le CP. Faut-il rappeler que les élèves de CP sont bien loin d’avoir 13 ans ? C’est en réalité lorsque le questionnaire précise ce qu’il entend par éducation à la sexualité (« masturbation, pénétration, pratiques sexuelles diverses, prévention des maladies sexuelles… ») que la majorité des personnes interrogées relèvent le seuil de l’âge. Comme si elles prenaient soudainement conscience de la réalité derrière les mots. Cela démontre bien l’intérêt de communiquer précisément aux parents le contenu exact de ce que l’on entend par « éducation à la sexualité ».

Un manque de transparence contraire à la circulaire Blanquer

Et c’est justement ce qui semble faire défaut dans certains établissements scolaires puisqu’une proportion importante de parents (63%) affirme ne pas savoir ce qui est enseigné à leur enfant lors des séances d’éducation sexuelle. Un sentiment qui rejoint une conclusion tirée par le rapport d’analyse publié le 30 janvier par SOS Éducation, qui dénonce également le fait que des parents n’aient pas été prévenus, ni de la date de l’intervention dans la classe de leur enfant, ni du contenu de la séance, pour des situations qui se sont déroulées entre mai 2022 et juin 2023.

Pour le Syndicat de la famille, « cela atteste malheureusement du non-respect de la circulaire Blanquer de 2018 qui impose aux établissements d’informer les parents de ces séances, tout comme le code civil et le code de l’éducation imposent le respect de l’autorité et de l’éducation parentales ». A l’heure où les programmes d’éducation à la sexualité doivent être publiés par le Conseil Supérieur des Programmes, saisi en juin dernier par Pap Ndiaye, il est important que les parents osent s’informer du contenu des séances et demander quelle association en aura la charge dans l’établissement de leur enfant.  

Tags:
ÉcoleÉducationEnfantsParentsSexualité
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement