Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 16 juin |
Saint Jean François Régis
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Comment rester proche de ses petits-enfants quand ils grandissent ?

GRAND MOTHER TEENAGER RELATIONSHIP

ESB Professional I Shutterstock

Caroline Moulinet - publié le 22/07/23

"Sa miséricorde s’étend d’âge en âge" (Lc 1, 50). Par ces mots, le Pape fixe le thème de la troisième journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées ce 23 juillet. Les grands-parents ont des trésors de clémence et de sagesse à partager. Quelques pistes pour porter du fruit auprès de ses petits-enfants devenus grands.

Sans chercher à courir vers une jeunesse qui s’efface, les grands-parents ont le privilège aujourd’hui de pouvoir vivre mille activités avec leurs petits-enfants. Avec les plus jeunes, ils vont cuisiner des gâteaux, lire des histoires, marcher sur la plage, faire un jeu de cartes, partager leurs souvenirs d’enfance. Avec des adolescents, ils peuvent sortir au restaurant, aller voir une pièce de théâtre ou les emmener au cinéma. Ils peuvent aussi leur apprendre à bricoler ou à coudre, s’occuper du jardin, voyager ou encore les emmener visiter un sanctuaire ou un lieu culturel. 

Vis-à-vis des adolescents, les grands-parents savent aujourd’hui qu’ils n’ont pas à occuper le rôle éducatif des parents. Pourtant, dans le podcast “Devenir grand-parent : quel impact pour le couple ?”, la philosophe et thérapeute familiale Nicole Prieur rappelle que les grands-parents sont parfois tentés de vouloir corriger avec leurs petits-enfants ce qu’ils jugent avoir mal fait avec leurs enfants. Pour vivre une belle relation avec leurs petits-enfants adolescents, les grands-parents ont donc à regarder avec honnêteté les espoirs qu’ils mettent dans cette relation et prendre conscience du rôle qui est le leur.

Dans son message à l’occasion de la troisième journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées, le Pape explique que “Dieu désire (…) que les jeunes réjouissent le cœur des personnes âgées et qu’ils puisent la sagesse de leurs expériences, comme Marie l’a fait avec Élisabeth.” C’est le témoignage de Françoise qui écoute avec tendresse sa petite-fille lui raconter ce souvenir : “Quand j’avais dix-huit ans et que tu m’emmenais déjeuner en tête-à-tête au restaurant au coin de ta rue, je trouvais ça sympa. Un jour, on parlait du mariage et tu m’as dit “On sait qu’on a trouvé la bonne personne quand on se bonifie l’un l’autre”, ça a été une perle dans mon cœur, une boussole pour guider mes pas de toute jeune adulte.”

Un accueil sans jugement

“Dans la rencontre entre Marie et Élisabeth, entre jeunes et personnes âgées, Dieu nous donne son avenir. En effet, le chemin de Marie et l’accueil d’Élisabeth ouvrent la porte à la manifestation du salut”, écrit le Pape François. Ainsi Caroline se souvient : “Ado, j’aimais beaucoup aller chez mes grands-parents avec mes amies : ils nous laissaient papoter jusque dans la nuit, nous lever à 11 heures, passer des heures à discuter en nous baladant. Nous avions du temps, c’était super. Mamie disait que c’était de notre âge ! Ça faisait du bien d’être libre, sans jugement. On se sentait vraiment accueillies comme on était. Les repas aussi étaient simples et surtout très joyeux. On riait toujours.”

Les adolescents et les jeunes adultes ont plaisir à passer du temps avec leurs grands-parents quand la relation est saine, quand le grand-parent respecte sa juste place et ouvre des portes, montre des chemins auxquels le jeune n’avait pas encore pensé. C’est ce qui amène Françoise à poursuivre : “Tout le bonheur qu’on a vient du bonheur qu’on donne. La tendresse nous revient en ricochet, et les vieux ont terriblement besoin de tendresse.”

“Son intercession fait des miracles !”

Le pape François rappelle : “La miséricorde du Seigneur se transmet d’une génération à l’autre, (…) nous ne pouvons pas avancer – ni même nous sauver – tout seuls (…) l’intervention de Dieu se manifeste toujours ensemble.” Les grands-parents, en étant vecteur d’unité et de paix, participent à rassurer les adolescents qui s’apprêtent à devenir adulte dans un monde souffrant. Ils offrent la perspective de quelqu’un qui a déjà longuement vécu.

Vivre le temps dans sa plénitude, une façon pour les grands-parents de témoigner de la place qu’a Dieu dans leur vie : avec délicatesse, il montre le chemin de l’église, ou simplement ils prient avec ferveur pour confier chacun de leurs petits-enfants. 

Le Pape rappelle dans son message l’importance du lien entre jeunes et personnes âgées : “Allez rendre visite à vos grands-parents, rendez visite à une personne âgée qui vit seule ! Sa prière vous protégera et vous porterez dans votre cœur la bénédiction de cette rencontre. À vous personnes âgées, je demande d’accompagner par la prière les jeunes (…). Ces jeunes sont la réponse de Dieu à vos demandes, le fruit de ce que vous avez semé.” Caroline en fait régulièrement l’expérience : “Ma grand-mère est alitée, elle est très faible mais elle a encore sa tête : je lui confie toutes les intentions qui me sont chères, très simples ou plus sérieuses. Je peux compter sur elle, et son intercession fait des miracles !”

Tags:
grands-parents
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement