Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 16 mai |
Saint Honoré
home iconAu quotidien
line break icon

Ces grand-mères qui ont été des modèles de tendresse et de foi

STARSZA KOBIETA

Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 06/03/21

D’origine purement commerciale (elle a été instituée en 1987 par la marque le Café Grand'Mère), la fête des grands-mères, chaque premier dimanche de mars, est néanmoins l’occasion de rendre hommage à celles qui demeurent des modèles de tendresse, de fidélité conjugale et de foi. Témoignages.

« Il ne peut y avoir de véritable croissance humaine et d’éducation sans un contact fécond avec les personnes âgées, parce que leur existence elle-même est comme un livre ouvert dans lequel les jeunes générations peuvent trouver de précieuses indications pour le chemin de la vie ». Magnifiques paroles de Benoît XVI en visite à la maison d’accueil pour personnes âgées de la communauté Sant’Egidio, à Rome, en novembre 2012. Une exhortation à écouter, côtoyer, entourer ses aïeux, récemment soulignée par la publication du texte « La vieillesse, notre avenir », fruit d’une collaboration du Dicastère pour le service du développement humain intégral et de l’Académie pour la vie.

A l’occasion d’une conférence de presse le 9 février 2021, Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la Vie, a plaidé pour la reconstruction d’un « réseau d’affection et de liens qui unissent les générations ». Des liens tendres, riches et féconds dont témoignent avec chaleur les petits-enfants (plus si petits) que Aleteia a interrogés.

Les grand-mères, ces confidentes avisées

Leur présence, leur expérience et leur sagesse font des grand-mères de parfaites confidentes. Pour Camille, la différence de génération n’est pas un problème, au contraire. Etudiante âgée de 19 ans, Camille n’hésite pas à dire que ses deux « Bonne-Maman » sont pour elle des piliers : « Elles sont mes confidentes, et un amarrage solide lorsque mes questionnements de jeune étudiante se font trop importants. Deux générations nous séparent, pourtant, je n’ai jamais eu l’impression d’être aussi bien comprise que par mes grand-mères », confie-t-elle. « Leur éducation est sans doute loin de la mienne, mais elles s’adaptent sans cesse pour moi, sans pour autant perdre de vue leurs valeurs essentielles. »

LOVE
Halfpoint | Shutterstock

Une relation de complicité dont Armelle se fait également l’écho. Elle se souvient avec émotion de ces livres que « Bonne-Maman » avait lus pendant la nuit et qu’elle lui donnait au petit déjeuner : « Pour que je les lise dans la journée et que nous en discutions ensuite ensemble. »

Des témoins de l’amour qui dure

Des grands-parents qui demeurent unis malgré les années qui passent sont de beaux modèles de fidélité conjugale. Sans nier pour autant les épreuves que peuvent affronter les couples. Marie, femme de militaire, confie combien sa grand-mère a été un guide pour elle, en tant qu’épouse : « Elle me rappelait l’importance de demander les grâces du mariage dans les coups durs de l’existence. » Elle se souvient aussi de ses paroles, alors qu’elle se plaignait de ses multiples déménagements : avoir le choix entre être heureuse là où le métier de son mari la mène, ou subir chaque déménagement. Quant à Camille, elle est admirative du témoignage d’amour qu’offrent ses deux « Bonne-Maman » avec leurs maris : « Ils sont des rochers solides sur lesquels s’appuyer. Chaque petit enfant rêve de vivre une histoire d’amour aussi belle et solide que la leur ! ».




Lire aussi :
40, 50, 60 ans de mariage… Des couples livrent le secret de leur longévité

Modèles de foi et « chaînons indispensables »

L’exemple d’une grand-mère peut être d’une grande ressource dans la transmission de la foi. « Il suffit de penser au rôle déterminant que les personnes âgées ont eu dans la conservation et dans la transmission de la foi aux jeunes dans les pays en proie à des régimes athées et autoritaires », souligne d’ailleurs le texte « La vieillesse, notre avenir ». Un rôle d’autant plus important aujourd’hui. Lucide, le Pape François avait déclaré lors du premier Congrès international de pastorale des personnes âgées en janvier 2020 : « Dans les sociétés sécularisées de nombreux pays, les générations actuelles de parents n’ont pas, pour la plupart, cette formation chrétienne et cette foi vivante, qu’au contraire les grands-parents peuvent transmettre à leurs petits-enfants. Ils sont le chaînon indispensable pour éduquer à la foi les petits et les jeunes. »

Cela passe par une invitation à aller à la messe. Par des prières, apprises puis récitées ensemble, comme l’a vécu Marie-Alix : « Lorsque je séjournais chez mes grands-parents, le rituel du soir était important : dans la chambre rose, Manine s’asseyait à la tête du lit et me faisait réciter mon Je vous salue Marie avant de me dire bonne nuit. » Marie-Alix a finalement demandé à être baptisée à l’âge de 12 ans.


Pape François audience

Lire aussi :
Le pape François décrète une journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées

Cela passe aussi par ce signe de croix, fait avec amour dans les derniers jours de la vie de « Boma ». Son petit-fils, Jean-Baptiste, a témoigné ainsi aux côtés de ses sœurs le jour de ses obsèques : « Dans vos derniers jours, Boma, vous vous signiez de la croix, c’était si beau, c’était votre geste principal qui vous demandait tant d’effort. Et vous répétiez sans cesse : « merci mon Dieu pour toutes ces grâces », « que Dieu te bénisse ». Vous étiez à Dieu et vous n’aviez pas peur. »

Des témoignages qui tirent leur force dans la manière dont ils sont vécus : silencieusement, fidèlement. C’est ce dont témoigne Bénédicte, 47 ans, à propos de sa grand-mère de 97 ans : « Elle m’a édifiée par sa foi simple, constante, indéfectible, traversant les jours, les années et même les siècles. Une dévotion quotidienne, invariable, fidèle, qu’il pleuve ou qu’il vente, qu’elle soit en forme ou exténuée, seule ou maison pleine. Je l’ai vue faire sa prière avant de se coucher, invariablement, à genoux, les mains jointes. C’est elle qui m’a fait comprendre le sens et le nécessité de la constance inconditionnelle et indéfectible dans la prière, envers et contre tous les aléas que peut traverser notre âme. »




Lire aussi :
La place délicate des grands-parents d’aujourd’hui

Tags:
Foigrands-parents
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
2
FIRST COMMUNION
Edifa
Les écueils à éviter avant et après la première communion de son ...
3
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
4
Hugues Lefèvre
13 mai 1981, 17h17 : « On a tiré sur Jean Paul II »
5
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
6
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
7
JOHN PAUL II FATIMA
Agnès Pinard Legry
La Vierge de Fatima a-t-elle sauvé la vie de Jean Paul II ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement