Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 18 mai |
Saint Éric
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Nicaragua : emprisonné, libéré, extradé… Où se trouve Mgr Alvarez ?

NICARAGUA

Diócesis de Matagalpa.

Mgr Rolando Álvarez pourrait recevoir le prix Sakharov, décerné en fin d'année par le Parlement européen.

Anna Ashkova - publié le 05/07/23

Une information concernant la libération de Mgr Rolando Alvarez, arrêté en août 2022, de la prison de Modelo où il était incarcéré depuis circule dans divers médias au Nicaragua. Mais où se trouve-t-il actuellement ?

“Où est l’évêque Álvarez ? J’ai été informé qu’hier soir, ils l’ont sorti de la prison de Modelo et que le régime a l’intention de l’envoyer à Rome”. Dans un publication partagée sur Twitter, publié ce 5 juillet 2023, la militante nicaraguayenne des droits de l’homme Bianca Jagger a laissé entendre que l’évêque de Matagalpa, arrêté en août 2022 par le gouvernement, aurait quitté sa cellule après avoir été condamné à 26 ans de prison. Arrêté an août 2022 pour “complot” et “diffamation” par le gouvernement de Daniel Ortega, il a ensuite refusé d’être expulsé vers les États-Unis en février, entraînant une condamnation à une lourde peine d’emprisonnement. 

Et Bianca Jagger n’est pas la seule à affirmer que Mgr Rolando Alvarez aurait été libéré. Plusieurs médias du Nicaragua avancent la même chose en citant des sources diplomatiques et confidentielles. 

Bientôt exilé du pays ?

Le journal local Confidencial, basé sur des sources ecclésiastiques et diplomatiques, a également publié un article indiquant que Mgr Alvarez aurait été libéré dans la nuit du lundi 3 juillet, sur ordre du régime de Daniel Ortega et qu’il serait sous la protection de la Conférence épiscopale du Nicaragua. “Nous savons qu’il y a des contacts entre le gouvernement, la conférence épiscopale et le Vatican pour le libérer et l’envoyer en exil”, ont déclaré deux sources diplomatiques à Confidencial. Sur son compte Twitter, le leader de l’opposition Félix Maradiaga a aussi confirmé la libération de l’évêque. Il “n’est plus au centre de détention”, a-t-il écrit, ajoutant qu’il pourrait être expulsé du pays “dans les prochaines heures ou peut-être demain”.

Cependant, au fil des heures, les informations dans les médias ont pris une nouvelle tournure. Le journal Confidencial a finalement indiqué que les négociations pour la libération de Mgr Alvarez entre le gouvernement, le Vatican et l’Église du Nicaragua auraient échoué, précisant que l’évêque lui-même aurait rejeté l’idée de l’exil. Mgr Alvarez serait donc retourné en prison. “La seule circonstance dans laquelle Monseigneur Alvarez accepterait de s’exiler est que le pape François le lui demande ou le lui ordonne, et cela ne s’est jamais produit auparavant “, a expliqué une source au Confidencial. 

La Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a exigé le 28 juin la libération de l’évêque, demandant aux autorités nicaraguayennes de garantir un “traitement digne” au prélat “par un accès immédiat aux services de santé, aux médicaments et à une alimentation adéquate”, ainsi que contact avec “des proches et des avocats”, puisque le détenu se trouve dans une situation d'”extrême vulnérabilité”. Ces derniers mois, le régime de Daniel Ortega a privé des dissidents de leur nationalité, expulsé des ambassadeurs du pays et fermé des milliers d’ONG nationales et internationales, ainsi que des médias et des organisations religieuses.

Les rapports entre le gouvernement de Daniel Ortega, au pouvoir depuis 2007, et le Vatican, connaissent en effet de fortes tensions. La répression exercée sur les catholiques, et plus largement sur toute tentative d’opposition, connaît une intensification inédite depuis quelques années. L’Église catholique est considérée par le pouvoir comme le soutien majeur des opposants politiques au régime Ortega, notamment depuis l’année 2018 après les représailles sanglantes contre les manifestants qui réclamaient la démission aussi bien du président que de son épouse, la vice-présidente Rosario Murillo. Ils avaient trouvé refuge dans les églises. Depuis, les catholiques subissent un véritable enfer, au rythme des persécutions qui s’accélèrent. L’étude publiée le 4 mai 2023 par l’avocate Martha Patricia Molina recense 529 actes d’hostilité commis contre l’Église catholique au Nicaragua depuis 2018 et plus de 3.000 activités religieuses interdites.

Tags:
NicaraguaPersécutions
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement