Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 23 avril |
Saint Georges
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

[HOMÉLIE] Jésus, le seul chemin qui conduit au Père

JESUS-APOSTLES-TISSOT

Brooklyn Museum

Recommandation aux apôtres, par James Tissot, Brooklyn Museum.

Marc Dumoulin - publié le 06/05/23

Curé de la paroisse Notre-Dame de Vincennes, le père Marc Dumoulin commente l’évangile du 5e dimanche de Pâques (Jn 14, 1-12). Jour après jour, le dévoilement de Jésus nous met dans le secret de la mystérieuse présence du Père.

Nous sommes dans le temps lumineux de Pâques, radieux de la résurrection du Seigneur, et l’Église nous donne à entendre les paroles de Jésus à ses disciples, ses plus proches amis, quelques heures avant sa cruelle agonie et sa mort. Jésus a annoncé son heure, sa mort. L’Évangile le dit : les disciples sont éperdus de tristesse et de stupeur. Ils n’arrivent pas à y croire. Ils viennent de vivre trois années incomparables avec Celui en qui ils ont reconnu le Messie, le Sauveur. Et tout semble sur le point d’être anéanti par la mort prochaine de Celui qui devait être leur libérateur. 

Le Chemin qui conduit au Père

Dans cet étonnant échange, alors que l’avenir de Jésus semble bouché et désespéré, qu’il est sur le point de marcher vers son implacable mort, Jésus dit à ses disciples, et il le dit à nous aussi : “Croyez en moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie”, comme si cette mort imminente ne devait pas signer le terme du chemin, mais son dévoilement, la manifestation de Celui que Jésus est pour nous : le Chemin qui conduit au Père.

Jésus le dit à ses disciples : il est, non pas un chemin, mais le Chemin ; et ce Chemin, les disciples auront à le suivre pour parvenir à la Vérité. Chemin qui est passage. Le Christ Chemin nous prend là où nous en sommes, que nous soyons dans l’ombre ou la lumière, la grâce ou le péché, des gens bien autant que des gens peu fréquentables. Il nous fait emprunter ce passage qu’il est lui-même et qui nous amène à son Père. Chemin qui fait quitter l’errance et le vagabondage de nos fantasmes, de nos chimères, de nos tristesses, même de nos projets, si généreux soient-ils. Jésus nous fait parcourir la distance de notre propre vie, depuis là où nous sommes partis, jusque-là où il nous attend et où il nous fera vivre de sa propre vie. Ce Chemin, c’est lui-même, le Seigneur et le Christ. 

Tourner vers Lui notre regard

Écoutons encore Jésus. Il ne nous dit pas : Je vais vous montrer le chemin, un élément du paysage ; il dit : “Je suis le Chemin.” Il ne nous dit pas non plus : Je vais vous enseigner la vérité, vous inculquer une doctrine ; il dit : “Je suis la Vérité.” Il ne nous dit pas plus : Je vous donnerai la vie, tel un assemblage de combinaisons moléculaires ; il dit : “Je suis la Vie”(Jn 14, 6). Tout cela, au présent. Souvent nous nous demandons : que devons-nous faire ? Où devons-nous aller ? Que nous faut-il croire ou penser ? Des questions très humaines, tout à fait légitimes. Pourtant, le Seigneur nous invite à les dépasser, à les mettre à l’arrière-plan, entre parenthèses, et à résolument tourner vers Lui notre regard. 

Que pouvons-nous attendre de meilleur ici-bas, sinon Jésus-Chemin qui nous est ouvert, Jésus-Vérité qui nous est offerte, et Jésus-la Vie qui nous est éternelle, donnée en abondance ? 

Voilà pourquoi l’Église, peuple du Seigneur, nous tous, nous ne pouvons pas être confondus avec une organisation humanitaire, une ONG, même très charitable. La mort du Seigneur ne signifie pas la fin du chemin, ni pour les disciples ni pour nous. Nous avançons sur cette voie et, peu à peu, jour après jour, son dévoilement nous met dans le secret de la mystérieuse présence du Père, Celui qui nous a créés, qui nous attend, nous désire et nous cherche, qui nous appelle et qui nous sauve parce que, sans condition, il nous aime.

“Montre-nous le Père”

Oui, Seigneur, il y a si longtemps que nous sommes avec toi et nous ne te connaissons pas. Comme Philippe, nous te disons : Montre-nous le Père et cela nous suffit. Et toi, toujours, tu nous réponds : Qui m’a vu, a vu le Père. Nous les pensions deux. Ils ne sont qu’un. Alors, n’attendons ni le bout du passage, ni le terme de notre vie, ni de tout savoir ni d’avoir tout démontré, pas plus que notre plein épanouissement pour enfin recevoir notre vie du Seigneur, nous recevoir tout entier de Lui. Que pouvons-nous attendre de meilleur ici-bas, sinon Jésus-Chemin qui nous est ouvert, Jésus-Vérité qui nous est offerte, et Jésus-la Vie qui nous est éternelle, donnée en abondance ? 

À sa table, nous recevrons son corps et son sang, Lui-même qui se donne en nourriture. Nous recevons et nous mangeons, selon notre ardent désir et de tout notre cœur, rien moins que le Chemin, la Vérité et la Vie. Voilà ce qu’il est pour nous, Chemin vers le Père et Vie éternelle. Demandons à Jésus de l’être, nous aussi, avec Lui, pour nos frères. 

Tags:
FoiHomélie
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement