Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 25 septembre |
Saint Firmin
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

L’église d’Assy : scandale pour les croyants, folie pour les artistes ?

NOTRE-DAME-DE-TOUTE-GRACE-ASSY-FRANCE-GODONG-FR562941A.jpg

Pascal Deloche / Godong

Église Notre-Dame-de-Toute-Grâce du Plateau d'Assy (Haute-Savoie).

Anne Victoire Morard - publié le 18/08/22

Léger, Matisse, Lurçat, Bonnard, Braque. Ce n'est pas la liste des artistes présentés dans un musée d’art moderne, mais bien les noms de ceux qui ont offert de leur temps pour créer une œuvre au service d’une révolution artistique inattendue. Nichée au pied du Mont Blanc, se cache un petit trésor d’art sacré dont l’histoire méconnue bouleverse les codes de l’art religieux.

Le Plateau d’Assy, en Haute-Savoie, c’est d’abord une histoire humaine. 2.500 lits d’hôpitaux émergent après la fin de la Première Guerre mondiale sur ce qui n’était que des alpages. La raison ? L’altitude, le bon air et le soleil, seuls moyens alors existant pour lutter contre la tuberculose ravageant la population. Au chevet des malades, les aumôniers sont présents : parmi eux, le chanoine Jean Devémy, qui ne désire à l’origine qu’une église « simple et honnête » pour accueillir les tuberculeux, leurs familles et les soignants.

NOTRE-DAME-DE-TOUTE-GRACE-PLATEAU-ASSY-GODONG-FR492128A.jpg
Église Notre-Dame-de-Toute-Grâce du Plateau d’Assy (Haute-Savoie).

Mais ce projet se heurte à l’Histoire et à une rencontre bouleversante entre le chanoine et le père dominicain et artiste Marie-Alain Couturier. Convaincu du potentiel de chaque artiste en tant qu’ « inspiré » quelles que soient ses convictions politiques ou religieuses, Marie-Alain Couturier souhaite faire appel aux meilleurs artistes et artisans de son temps pour défendre une décoration humaniste qui apporte réconfort et soutien à chaque habitant du Plateau, pour rejoindre chaque personne dans sa souffrance. Le projet traverse les événements de l’époque, et s’enrichit des expériences et des traumatismes de chaque artiste. Jean Lurçat, athée et anticlérical, représente sur sa monumentale tapisserie de l’Apocalypse le combat du Bien et du Mal, en n’omettant pas de faire figurer les poumons noircis d’un tuberculeux. Quant au vitrail de saint Raphaël (« Dieu qui guérit »), son visage ferait référence à celui de son auteur, le père Couturier, atteint lui aussi de maux respiratoires.

NOTRE-DAME-DE-TOUTE-GRACE-ASSY-TAPISSERIE-APOCALYPSE-GODONG-FR562980A.jpg
Tapisserie de l’Apocalypse représentant le combat entre le dragon et la femme, église Notre-Dame de Toute Grace du Plateau d’Assy.

Le véritable miracle d’Assy ne repose pas sur la guérison des malades, mais sur l’extraordinaire réunion d’artistes aux sensibilités si diverses afin, comme l’exprime Chaîm Lipchitz au dos de sa Vierge de Liesse, « que l’Esprit règne ». 

La deuxième Guerre Mondiale aurait pu entraver le projet, mais il n’en est rien. Pierre Bonnard avouera, durant les bombardements, s’être senti protégé dans sa cave par son saint François de Sales, en cours de réalisation pour un autel latéral. Quant à Germaine Richier, catholique convaincue, elle propose pour le maître-autel un Christ en croix qui exprime ses interrogations sur l’Homme après la découverte des camps de concentration. Écrire un poème après Auschwitz est-il barbare, comme l’écrit alors Adorno ?

SAINT-FRANCOIS-DE-SALES-PIERRE-BONNARD-ASSY-GODONG-FR322734A.jpg
Saint François de Sales réalisé par le peintre Pierre Bonnard, église Notre-Dame-de-Toute-Grâce, plateau d’Assy.

Cette vision qu’elle puise à une source biblique, le livre d’Isaïe et son serviteur souffrant (Is, 52, 14), choque cependant une frange catholique encore peu habituée à ce renouveau du langage artistique. L’œuvre passe ainsi vingt ans dans la chapelle mortuaire, quasiment à l’index, éclairée seulement par le visage de la sainte Véronique de Rouault, la Joconde d’Assy. L’affaire prend une tournure mondiale, même le Vatican est tenu de se prononcer. Mgr Costantini n’hésite pas à parler de « scandale pour la piété des fidèles ». Ce n’est cependant pas l’avis des malades du Plateau, qui y voient la Compassion même.  

Malgré la présence de tous ces artistes, le Plateau d’Assy est resté un lieu de foi, mais jusqu’à quand ? Erigé après 1905 et donc propriété du diocèse, ce joyau de l’art sacré moderne est aujourd’hui fragilisé par le manque de moyens financiers. Il peut compter sur une petite équipe de bénévoles extrêmement investie, toujours à la recherche de nouvelles idées, tel le festival des Musicales d’Assy, qui accueille chaque année durant l’été de grands noms de la musique classique. La communauté locale est consciente de son devoir de transmettre l’histoire de cette petite église des malades isolés, qui fut sous l’égide d’un Dominicain visionnaire, un haut lieu d’innovation pour l’art sacré.

Découvrez aussi en images les plus belles églises Art déco de France :

Tags:
art sacréPatrimoine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement