Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 26 septembre |
Saints Côme et Damien
home iconDécryptage
line break icon

Quand le Vatican organisait les premiers Jeux paralympiques

Bob MARTIN / OIS/IOC / AFP

Hugues Lefèvre - Publié le 27/08/21

Entre 1905 et 1908, le Vatican a organisé des championnats mondiaux d'athlétisme. Ces compétitions firent une place aux athlètes atteints d'un handicap. Une première.

Qui aurait pu imaginer qu’au début du XXe siècle, le Vatican organisait “à domicile” des championnats mondiaux d’athlétisme rassemblant quelque 2.000 sportifs ? C’est un article de L’Osservatore Romano, le journal officiel du Saint-Siège, qui a remis un coup de projecteur sur cette époque d’avant-guerre où la papauté mouillait le maillot pour démocratiser la pratique du sport. Car Pie X, pape de 1903 à 1914, avait bien compris la dimension éducative de l’activité sportive et sa capacité à enseigner notamment le dépassement de soi, le respect des règles ou bien de l’adversaire. D’ailleurs, la période coïncide avec l’éclosion, partout en Europe, des patronages paroissiaux.

En 1905, le pontife italien reçoit le baron Pierre de Coubertin, fondateur des Jeux Olympiques de l’ère moderne et l’encourage dans son action. Il va même jusqu’à lui promettre une bénédiction des athlètes dans le cas où la ville de Rome serait choisie pour accueillir les olympiades de 1908. Finalement, c’est la ville de Londres qui sera désignée.

Si les Jeux de Pierre de Coubertin prendront un essor considérable, ce n’est qu’en 1960 qu’ils intégreront officiellement les sportifs handicapés. Précurseur, c’est le Vatican qui a, dès 1905, l’intuition de faire concourir valides et invalides lors des compétitions sportives – il faudra attendre la fin de la seconde guerre mondiale pour voir émerger dans le monde profane les premiers « Jeux mondiaux des chaises-roulantes et des amputés ».

Dans les premières années du siècle dernier, l’enjeu pour l’Eglise n’est autre que de montrer que chaque être, malgré son infirmité, conserve son humanité. A une époque où la personne handicapée est marginalisée et souvent livrée à la misère, l’Eglise, à travers ces compétitions inclusives, souhaite manifester la dignité de chacun. En somme : elle veut faire vivre à travers le sport le message évangélique.

C’est ainsi qu’en 1905, dans la Cour du Belvédère du Vatican, une piste d’athlétisme est aménagée sous le regard bienveillant de Pie X, « l’Européen le plus moderne » de son temps selon Guillaume Apollinaire. Gendarmerie vaticane et Garde suisse sont alors chargées d’encadrer les quelque 2.000 sportifs. Leurs fanfares assurent par ailleurs l’accompagnement musical de l’évènement.

On raconte que, manifestement sceptique à la vue de ces épreuves d’athlétisme qui se jouaient à deux pas de Saint-Pierre, le cardinal secrétaire d’Etat Merry del Val aurait demandé au pontife à quoi bon cela allait-il donc bien mener. « Au paradis ! », aurait aussitôt répliqué le chef de l’Eglise catholique.

Une intuition qui perdure, un siècle plus tard

« J’adresse mes salutations aux athlètes et les remercie car ils offrent à tous un témoignage d’espoir et de courage ». Ces paroles ne viennent pas de Pie X… mais du pape François. Plus de cent ans après les premiers jeux faisant concourir valides et invalides au Vatican, le pontife argentin a salué, le 25 août dernier, le coup d’envoi des Jeux paralympiques de Tokyo. Ces athlètes « montrent comment l’engagement sportif permet de dépasser des difficultés apparemment insurmontables », a-t-il insisté lors de l’audience générale prononcée devant quelques centaines de pèlerins rassemblés dans la grande salle Paul VI du Vatican.

A l’issue de sa catéchèse, il s’est empressé de rejoindre un groupe de sportifs venus l’écouter. Il s’agissait ni plus ni moins de membres de l’association paralympique du Saint-Siège, Athletica Vaticana. Un sportif en fauteuil roulant a profité de la rencontre chaleureuse pour offrir au successeur de Pierre un t-shirt floqué du slogan : “We Run Together” (Nous courrons ensemble, en anglais). Constituée pour aider à changer les mentalités sur le handicap, l’association est vivement encouragée par le pape argentin. Finalement, le temps a passé depuis les jeux inclusifs de Pie X mais l’ambition des papes n’a pas changé.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
2
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
3
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
4
HOUELLEBECQ
Henri Quantin
La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq
5
Mathilde de Robien
Médecins et intellectuels dénoncent l’idéologie de l’autodétermin...
6
WEB2-COUVENT-MARCASSU-CORSE-Stephanie-Eveilleau.jpg
Raphaëlle Coquebert
Mission Patrimoine : derrière les murs de Marcassu, une communaut...
7
184833616
Marzena Devoud
Que dire à un proche en fin de vie ? Sept pistes pour vivre ce te...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement