Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Ces paroles à dire (et à ne pas dire) à un proche atteint du cancer

Photographee.eu /Shutterstock

Anna Gebalska-Berekets - publié le 18/06/21

Apprendre qu’un proche a le cancer laisse souvent en état de choc. Il est difficile de savoir comment se comporter. Que dire à celui qui est frappé par la maladie ? Ou ne surtout pas dire ?

Comment accompagner un proche souffrant d’un cancer ? Les phrases miracles toutes faites qui soulageraient à coup sûr n’existent pas. Les grands discours pour celui qui souffre sont violents et ne rassurent pas du tout. Si la première chose à faire est de rester humble – face à quelqu’un qui doit affronter une nouvelle aussi vertigineuse que celle d’une mort prochaine – il y a des propos à éviter et des mots à choisir de dire. Voici ce que conseillent des personnes malades du cancer.

1.Les phrases à éviter

Je sais ce que tu ressens maintenant.

Si vous n’avez pas de cancer, vous n’avez aucune idée de ce que la personne malade ressent. Si vous commencez une conversation de cette façon, il est très probable que votre proche sera irrité voire blessé. Il vaut mieux lui dire que vous ne savez pas grand-chose de qu’il peut ressentir. Une façon de reconnaître que la situation qu’il rencontre est difficile au lieu de faire semblant.

Je suis sûr que tout ira bien.

Vous n’en savez rien si tout ira bien ! Une telle déclaration peut être interprétée comme une tentative d’amoindrir les émotions auxquelles les personnes atteintes de cancer sont confrontées chaque jour. Votre proche pensera que vous cherchez à les banaliser.

Je connais quelqu’un qui…

Chaque parcours de malade est différent. Il est donc important d’éviter les comparaisons. Partager des exemples des autres est tout simplement inutile.

Tu devrais suivre mon conseil.

Faire un discours sur la maladie est à éviter. De même, il vaut mieux éviter de poser des questions personnelles qui obligera votre proche à revivre la douleur et les souvenirs difficiles de son séjour à l’hôpital. Le malade ne veut surtout pas replonger dans les moments les plus éprouvants et vivre par conséquent des crises d’effroi ou de panique.

Peut-être que Dieu l’a voulu ainsi ?

Ce genre de déclarations suggère que Dieu a choisi de punir une personne atteinte d’une maladie. Tout le monde n’est pas assez spirituel pour voir une signification mystique de sa souffrance. Pour certains, ces mots peuvent être réconfortants, mais pour beaucoup de gens, ils peuvent être démoralisants et irritants.

Tu n’es pas au mieux de ta forme.

Perte de poids, perte de cheveux, cernes sous les yeux, fatigue chronique… attirer l’attention sur les conséquences de la maladie et du traitement n’est vraiment pas une bonne idée. Cette phrase peut être reçue comme une indélicatesse.

2.Les phrases qui peuvent aider

Le cancer provoque un certain isolement. La seule chose que l’on puisse faire quand un être que l’on aime est dans la souffrance, c’est lui dire avec pudeur et tendresse qu’on est là. Et il ne s’agit pas d’essayer de le rassurer, mais juste de signaler qu’on est présent. Voici les phrases qui peuvent aider :

Je suis là pour toi.

La personne malade se demande chaque jour comment ses proches vont faire face à sa maladie. Savoir qu’ils sont toujours là, présents, est d’un grand réconfort.

Je t’aime.

Lorsque rien d’autre ne vient à l’esprit, ces deux mots peuvent faire des merveilles ! D’autant plus qu’à priori, si vous êtes auprès d’un malade dans des moments difficiles, vous le pensez vraiment !

Si tu as besoin de parler, je suis là, je t’écoute.

La présence de quelqu’un qui veut être à l’écoute du malade est essentielle. Les personnes atteintes de cancer ressentent de nombreuses émotions extrêmes qui doivent trouver un exutoire. Essayez d’aider votre proche à ne pas tomber dans la certitude que sa vie se résume à être un malade du cancer. Dans la conversation, il est important de se concentrer sur les choses qui n’ont rien à voir avec la maladie.

Que puis-je faire pour toi ?

Le traitement des symptômes physiques comme les visites fréquentes chez le médecin sont très durs à supporter. Par conséquent, si vous voulez aider votre proche dans ses tâches quotidiennes, faites-le. Soyez précis et agissez ! Faire le ménage, faire du thé, récupérer les enfants à l’école. Votre aide peut être un grand soulagement pour la personne malade !

Tu connais cette blague !

Bien sûr, le cancer n’est pas une blague. Mais il est bon qu’une personne malade entende de temps en temps quelque chose de simple, drôle et joyeux.

Le cancer est un défi non seulement pour la personne malade mais aussi pour son entourage. Parler de la maladie n’est pas facile, mais il y a des mots et des gestes qui ont une grande importance dans ce combat. Et n’oubliez pas : quand le corps et la tête souffrent, des actes aussi simples qu’un sourire ou une main posée sur une épaule sont souvent essentiels. Parce que celui à qui on les offre sent toujours le lien profond qu’ils manifestent. Et ce lien le protège du gouffre de la peur, de l’angoisse et du vide. Il est un point d’appui qui aide le malade à se battre contre sa maladie ou à affronter plus paisiblement sa mort prochaine.

Tags:
cancerFamillesoutien
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement