Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 15 avril |
Sainte Anastasie
home iconSpiritualité
line break icon

Les plus beaux textes sur Joseph : « Je pris pour avocat et maître le glorieux saint Joseph »

Public domain

Saint Joseph et l'Enfant Jésus, Bartolome Esteban Murillo.

Mathilde de Robien - Publié le 06/04/21

Tout comme le samedi est dédié à la Vierge Marie, le mercredi est le jour consacré à saint Joseph. En cette année qui met à l’honneur le père adoptif de Jésus, Aleteia propose des méditations hebdomadaires écrites par les plus grands maîtres spirituels. Aujourd'hui sainte Thérèse d’Avila.

Grande amoureuse de saint Joseph, sainte Thérèse d’Avila contribua grandement à propager son culte dans l’Église catholique. « Sainte Thérèse, écrit le père Joseph-Antoine Patrignani dans son ouvrage La Dévotion à saint Joseph (1873), a été une étoile des plus resplendissantes, un des plus beaux diamants de la couronne de saint Joseph. Elle a été choisie de Dieu pour étendre son culte dans le monde entier, et pour mettre en quelque sorte la dernière main à ce grand ouvrage. » En effet, le premier carmel réformé qu’elle fonda en 1562 porte le nom de « saint-Joseph d’Avila ». Sur les 17 monastères qu’elle fonda après celui-ci, les deux tiers sont consacrés au père de Jésus. Elle prenait soin d’implanter son culte dans tous, les mettait sous sa garde, et faisait toujours placer au-dessus d’une porte une statue de ce glorieux protecteur. Dans ses Avis, elle écrit : « Quoique vous honoriez plusieurs saints comme vos protecteurs, ayez cependant une dévotion toute particulière envers saint Joseph, dont le crédit est grand auprès de Dieu. »

Son autobiographie révèle deux scènes dont elle attribue l’heureux dénouement à saint Joseph. Une première fois alors qu’elle est frappée de paralysie à l’âge de 23 ans : « Voyant le triste état où m’avaient réduite les médecins de la terre, je résolus de recourir à ceux du ciel pour obtenir ma guérison ». Une seconde fois, alors qu’elle n’a pas un sous en poche pour payer les ouvriers du couvent : « Quelquefois, tout affligée, je disais à Notre-Seigneur : Mon divin Maître, pourquoi me commandez-vous des choses qui semblent impossibles ? Encore, toute femme que je suis, si j’avais la liberté ! Mais liée en tant de manières, sans argent, et sans savoir où en trouver pour le bref et pour tout le reste, que puis-je faire, Seigneur ? Un jour, dans l’impuissance de rien donner à certains ouvriers, je ne savais plus que devenir : saint Joseph, mon véritable père et protecteur, m’apparut, et me dit de ne point craindre de faire marcher avec eux ; j’aurais de quoi les payer. J’obéis, sans avoir un denier dans ma bourse, et Notre-Seigneur y pourvut d’une manière qui étonna ceux qui le surent. » Une confiance et une dévotion envers saint Joseph dont elle témoigne avec ardeur dans ce passage de son ouvrage autobiographique :

Je pris pour avocat et maître le glorieux saint Joseph et je me recommandai beaucoup à lui. Je n’ai pas souvenir, jusqu’à ce jour, de l’avoir jamais supplié de m’accorder quelque chose qu’il m’ait refusé. Les grandes faveurs que Dieu m’a faites par l’intermédiaire de ce bienheureux saint sont chose stupéfiante, ainsi que les périls dont il m’a sauvegardée, corps et âme ; il semblerait que le Seigneur a donné à d’autres saints le pouvoir de nous secourir dans certains cas, mais l’expérience m’a prouvé que ce glorieux saint nous secourt en toutes circonstances ; le Seigneur veut ainsi nous faire entendre que de même qu’il fut soumis sur terre à celui qu’on appelait son père, qui était son père nourricier, et qui à ce titre pouvait lui commander, il fait encore au Ciel tout ce qu’il lui demande.

D’autres personnes à qui j’ai conseillé de se recommander à lui ont fait, elles aussi, la même expérience ; et encore aujourd’hui nombreux sont ceux dont la ferveur à son égard est renouvelée par l’expérience de cette vérité. Je demande seulement, pour l’amour de Dieu, à ceux qui ne me croient pas d’en faire l’épreuve ; l’expérience leur montrera combien il est bienfaisant de se confier à ce glorieux patriarche et d’avoir de la dévotion pour lui.

Sainte Thérèse dʼAvila

En images, les 7 étapes de la prière d’oraison selon sainte Thérèse d’Avila

Tags:
année saint Josephsaint josephSainte Thérèse d'Avila
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
2
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
3
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
4
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
5
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
6
Mathilde de Robien
La Trinité le dimanche, son ange gardien le mardi. Chaque jour de...
7
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement