Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 28 mai |
Saint Germain de Paris
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Le Reflet se remet aux fourneaux pour les étudiants en précarité

LE-REFLET-1.jpg

Le Reflet

Domitille Farret d'Astiès - publié le 30/01/21

Alors que de nombreux étudiants se retrouvent dans des situations précaires avec la crise du Covid-19, à Paris, le restaurant Le Reflet, qui emploie des personnes porteurs de trisomie 21, lance des repas à emporter pour un euro symbolique.

Pour de nombreux étudiants, Covid-19 est synonyme de précarité. Justement, les employés du Reflet de Paris, un restaurant qui emploie des personnes porteuses de trisomie 21, désespéraient de rester les bras ballants. “Toute l’équipe avait envie de se remettre aux fourneaux”, lance Flore Lelièvre, créatrice de l’enseigne, à Aleteia. Alors que les restaurants universitaires proposent depuis le 25 janvier des repas à un euro pour tous les étudiants, les salariés du Reflet ont décidé eux aussi de cuisiner pour les étudiants démunis après avoir eu vent d’un projet de ce type à Liège (Belgique). “On s’est dit “banco” !”, poursuit Flore Lelièvre.

LE-REFLET-2-rotated-e1611936591945.jpg
Le Reflet
Ibrahim présente le menu lors de la distribution du 29 janvier 2021

Le restaurant extraordinaire du Marais propose à présent pour un euro symbolique un repas à emporter aux étudiants en difficulté, les jeudi et vendredi. Les équipes, qui travaillent sur la base du volontariat, composent un vrai menu avec entrée-plat-dessert. “L’idée est de proposer de bons repas”, poursuit la fondatrice. Ceux-ci sont donc équilibrés, diversifiés, à partir de produits frais et de qualité égale à ceux servis habituellement en salle.

Le 29 janvier, jour de lancement de l’opération, Le Reflet de Paris a affiché complet et a distribué 40 repas repas. L’initiative est possible grâce au concours de plusieurs partenaires. Ainsi, Guillaume Gomez, chef cuisinier du palais de l’Élysée, a fait livrer des poulets tandis qu’un autre partenaire fournissait fruits et légumes frais. “Nous continuerons tat qu’il y aura des besoins et que nous pourrons le faire”, conclut Flore Lelièvre.




Lire aussi :
Suzanne, porteuse de trisomie 21, a un emploi comme les autres

Tags:
CuisineÉtudiantsHandicapParisRestauration
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-1.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement