Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 17 mai |
Saint Pascal Baylon
home iconAu quotidien
line break icon

Feutiers, ils entretiennent la flamme de Lourdes

Sanctuaire ND de Lourdes / VINCENT Pierre.

Feutier, un métier spécifique au sanctuaire de Lourdes.

Agnès Pinard Legry - Publié le 07/01/21

Métier spécifique à Lourdes, le feutier est celui qui a la responsabilité de la flamme du sanctuaire. Actuellement au nombre de dix, les feutiers ont pour mission d’entretenir les milliers de cierges déposés dans la cité mariale mais aussi d’accompagner les pèlerins dans leur démarche.

Support de la prière et porteur d’un message personnel, le cierge a une place unique dans le cœur des quelque 6 millions de fidèles qui se rendent habituellement chaque année à Lourdes. Pour le comprendre, il faut remonter au 19 février 1858. Alors que la Vierge Marie apparaît à Bernadette pour la quatrième fois, la jeune fille tient entre ses mains un cierge bénit qu’elle garde jusqu’à la fin. Depuis, les pèlerins se rendant à Lourdes ont gardé cette habitude de déposer un cierge dans la cité mariale. Et si Dieu et la Vierge en sont les destinataires, ces cierges ont aussi des « gardiens » terrestres : les feutiers. Cette profession méconnue, spécifique à Lourdes, est pourtant essentielle au sanctuaire.




Lire aussi :
Dans les coulisses de la fabrication des cierges de Lourdes

Les feutiers ont plusieurs missions. Ils sont en charge des stocks de cierges, ils veillent à ce que les cierges déposés brûlent, nettoient la cire lorsque ces derniers ont fini de se consumer, les redisposent afin de permettre à tous d’y trouver une place… Depuis deux ans, le sanctuaire dispose de sept chapelles de lumière, dont une est dédiée à la distribution des cierges, proposés en trois tailles. Les six autres permettent de brûler simultanément environ 4.000 cierges ainsi que des votives. Outre ces chapelles, ils ont une autre mission essentielle, celle de maintenir la lumière à la grotte de Lourdes où est installé un candélabre de près de 100 douilles. Ici, les cierges sont allumés en continu.

VINCENT Pierre
Les chapelles de lumières de Lourdes.

« Les feutiers sont ceux qui veillent sur les intentions de prière de pèlerins », résume Pierre Lafaille, salarié au sanctuaire depuis 1999 et responsable des feutiers de Lourdes depuis décembre 2017. « Autrefois le métier de feutier était uniquement technique et consistait à déplacer les candélabres, les nettoyer etc », détaille-t-il. « Mais désormais si la technique reste une part de leur travail, l’accueil et l’accompagnement des fidèles en est une autre ».

Le sanctuaire compte habituellement dix feutiers. « Six feutiers sont des permanents et donc présents toute l’année et quatre feutiers viennent renforcer l’équipe de Pâques à la Toussaint », reprend-t-il. Ces derniers se répartissent en deux catégories : les feutiers « apparition », qui sont en mission à la grotte, s’occupe de ravitailler les messes, les présentoirs à flambeaux ainsi que les processions mariales le soir, et les feutiers « chapelle » qui sont uniquement en mission aux chapelles où ils accompagnent les pèlerins et font en sorte que les cierges déposés brûlent le plus longtemps possible.


LOURDES

Lire aussi :
Les miracles de Lourdes sont-ils explicables par la science ?

En temps normal, ce ne sont pas moins d’1,4 million de cierges qui sont ainsi brûlés chaque année au sanctuaire. Et malgré la pandémie de Covid-19, le service des feutiers a bien été maintenu. Pour permettre aux fidèles de brûler leur cierge à distance d’une part, et pour assurer une lumière continue à la grotte d’autre part. « C’est le recteur qui a demandé à ce que le service soit présent de 6h à 20h et se relaie en continu », indique le responsable de l’équipe. Si les périodes de confinement ont été bien évidemment particulières, Philippe Lafaille note que depuis le dernier confinement « entre 400 et 500 cierges sont allumés chaque jour — un chiffre conséquent — grâce notamment à l’achat de cierge en ligne ».

VINCENT
Des pèlerins se recueillent à Lourdes.

Que ce soit en s’y rendant physiquement ou en l’achetant virtuellement, « les pèlerins déposent des cierges à Lourdes comme l’a fait Bernadette », reprend Philippe Lafaille. « Ce cierge c’est l’intention que le pèlerin dépose au pied de la Vierge : ce peut être un remerciement, une manière de faire mémoire d’un proche qui nous a quitté… Et c’est nous, feutiers, qui en sommes les gardiens ».

Tags:
ciergeLourdeslumière
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
2
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
3
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
4
The Agonie of the garden
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
La dernière prière de Jésus
5
PRAY
Mathilde de Robien
Les cinq étapes indispensables d’une prière réussie
6
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
7
Hugues Lefèvre
13 mai 1981, 17h17 : « On a tiré sur Jean Paul II »
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement