Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconDécryptage
line break icon

Une élection décisive pour l’avenir de l’Ordre de Malte

FLAG ORDER OF MALTA

Antoine Mekary | ALETEIA

I.Media - Publié le 07/11/20

L’élection du futur Grand Maître de l’Ordre de Malte se tiendra à Rome le 8 novembre 2020 afin de désigner le successeur de Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempo di Sanguinetto.

Malgré un contexte compliqué, l’élection du futur Grand Maître de l’Ordre souverain militaire et hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte, dit « Ordre de Malte », se tiendra à Rome dimanche 8 novembre 2020, a confirmé à I.MEDIA un responsable de l’Ordre le 4 novembre. Une « bonne majorité » des électeurs, 56 en tout, vont donc désigner le successeur de Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempo di Sanguinetto, décédé au printemps dernier.

Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempo di Sanguinetto, grand maître de l’Ordre de Malte, est décédé des suites d’une maladie le 29 avril dernier. Comme le veut la constitution de l’ordre hospitalier, c’est le grand commandeur, Fra’ Rey Gonçalo do Valle Peixoto de Villas Boas, qui a alors pris la tête de l’Ordre en tant que lieutenant intérimaire, en attendant la tenue de la réunion du Conseil d’État complet et de l’élection par celui-ci d’un successeur.

Depuis le 17 juillet, la réunion et le scrutin ont été fixés par le chef intérimaire au 7 et 8 novembre et auront donc bien lieu à cette date, malgré le contexte difficile ou encore la récente nomination du cardinal désigné Silvano Tomasi en tant que nouveau délégué général de l’Ordre de Malte. Une « bonne majorité » des 56 électeurs vont se rendre dans le prieuré de l’Ordre sur l’Aventin à Rome pour élire le nouveau Grand Maître, lequel aura la charge de la révision constitutionnelle demandée par le pape François. Les autres électeurs n’auront pas pu se rendre à temps du fait des restrictions de déplacement liées à la pandémie.

Le déroulement du scrutin

Dans la matinée du 7 novembre, une messe de Requiem doit être célébrée à la mémoire de l’ancien dirigeant Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto. Puis, comme prévu par la Charte constitutionnelle de l’Ordre, les membres de première classe participant au Conseil d’État complet se réuniront – dans l’après-midi du 7 novembre – pour proposer trois candidats parmi lesquels ils devront choisir. Ce trio est appelé « terna ».

Les membres participants au vote sont pour 54 d’entre eux des hommes, contre deux femmes. Ils sont originaires d’Argentine, du Pérou, des États-Unis, du Liban, d’Angleterre, de France, de Suède, d’Autriche, d’Allemagne, d’Espagne, de Pologne, de Belgique et de Suisse.


ORDER OF MALTA HOMELESS

Lire aussi :
L’Ordre de Malte en 10 chiffres

Le 8 novembre, le Conseil d’État complet de l’Ordre de Malte reprendra son programme par une messe à la basilique Santi Bonifacio e Alessio, sur l’Aventin. Puis les membres rejoindront en procession le prieuré pour un vote à huis clos dans la « Villa Magistrale », lieu de résidence habituel du Maître de l’Ordre de Malte. Le Conseil d’État complet devra élire un Grand Maître (à vie) ou un « Lieutenant du Grand Maître » (avec les mêmes pouvoirs que le Grand Maître mais pour une période d’un an), suite à quoi le Conseil sera dissous. Le délégué général du Pape, le cardinal Tomasi, assistera à cette nomination.

Une élection contestée

Dans un article du quotidien italien Il Messaggero publié le 3 novembre 2019, une lettre envoyée par plusieurs membres de l’Ordre de Malte, dont l’ancien Grand Maître Matthew Festing, demandait au cardinal Tomasi de reporter l’élection à une date ultérieure pour faire en sorte qu’un maximum de personnes puisse participer au scrutin. Il demandait sinon d’autoriser une participation numérique à l’élection, ce que la constitution actuelle ne permet pas aujourd’hui. Une requête similaire avait été envoyée à la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique quelques semaines plus tôt.

Les signataires, sept membres de l’Ordre, ont mis en avant le risque d’avoir une élection incomplète ou imparfaite, notamment du fait de la présence de trop peu de capitulaires profès, c’est-à-dire de religieux de l’Ordre de Malte. Une situation problématique, avancent-ils, pour un scrutin censé désigner le chef religieux d’un Ordre lui-même religieux.

Selon l’article de la vaticaniste Franca Giansoldati, l’élection serait en fait l’occasion d’une importante lutte de pouvoir interne entre une frange de l’organisation souhaitant maintenir l’orientation religieuse de l’Ordre et une autre souhaitant accentuer sa sécularisation et son statut d’ONG. Ces tensions avaient déjà vu le jour à la suite de plusieurs scandales qui ont frappé l’Ordre souverain en 2016-2018.

Cinq années de tourmente

Des révélations sur la distribution de préservatifs par l’Ordre de Malte en Afrique avait entraîné l’expulsion d’un haut responsable de l’Ordre, Albrecht von Boeselager. Cependant le pape François s’était impliqué personnellement dans cette affaire et avait exigé sa réinsertion. Cette affaire, ainsi que celle entourant la réception suspecte d’un héritage anonyme de plus de 120 millions d’euros, soumis à un litige devant un tribunal suisse, avaient entraîné la démission – exigée par le chef de l’Église catholique – du Grand Maître de l’époque, Fra’ Matthew Festing.

Cette crise interne s’étaient doublée d’une crise vaticane avec la mise au ban du cardinal Raymond Burke en 2016, jusqu’alors Patron de l’Ordre souverain et militaire de Malte, et la nomination de celui qui était alors substitut de la Secrétairerie d’État Mgr Angelo Becciu, chargé par le souverain pontife de réviser la constitution de l’Ordre pour le rendre plus à même de répondre aux enjeux contemporains.

Un tournant pour l’Ordre ?

La mort du Grand Maître suivant en avril, combinée à la disgrâce du cardinal Becciu le 24 septembre dernier, ont entraîné, semble-t-il, un temps de flottement. La nomination de l’expérimenté cardinal Silvano Tomasi à la place du haut prélat sarde et le maintien de l’élection à la date fixée devront permettre de nommer au plus vite un homme capable de mener à bien la réforme exigée par le chef de l’Église catholique.




Lire aussi :
Les « Défis Malte » : et si vous financiez un projet solidaire près de chez vous ?

Tags:
charitechevalierOrdre de Malte
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement