Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Ordre de Malte : Fra’ Giacomo, un grand maître à la juste mesure

WEB2-Fra’ Giacomo- ordre de malte-CC
CC BY-SA 4.0
Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto, grand maître de l’Ordre de Malte, est décédé le 29 avril 2020.
Partager

L’Ordre de Malte a perdu le 29 avril dernier son grand maître, Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto, un Italien de grande spiritualité et de chaleur humaine, au service d’une œuvre caritative unique au monde.

Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto était le grand maître de l’Ordre de Malte. Son Altesse éminentissime, prince et quatre-vingtième grand maître de l’Ordre souverain, militaire et hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, dit de Rhodes, dit de Malte, est mort le 29 avril 2020 des suites d’un cancer à la gorge diagnostiqué il y a quelques mois. Ses obsèques ont été célébrées dans la plus stricte intimité, coronavirus oblige, le 5 mai dernier en l’Église Sainte-Marie de l’Aventin, dans l’enceinte de la « Villa Magistrale » à Rome où il a été inhumé. Dans l’attente de la désignation de son successeur par le Conseil complet d’État, le Grand Commandeur Fra’ Ruy Gonçalo do Valle Peixoto de Villas Boas a pris les fonctions de lieutenant intérimaire.

L’Ordre de Malte est considéré comme la plus ancienne organisation caritative au monde. Il a été créé en Terre Sainte autour des années 1070 par le bienheureux Gérard, souvent présenté comme un gentilhomme provençal mais plus vraisemblablement commerçant amalfitain, touché par le sort des pèlerins arrivant fourbus et malades pour se prosterner devant le tombeau du Christ. Pour eux, il fonda alors, avec quelques compagnons, l’Hospital placé sous la protection de saint-Jean-Baptiste qui est resté le saint patron de l’Ordre. Il est donc à noter que l’Ordre a été créé avant les croisades avec une vocation hospitalière. C’est plus tard, afin de résister aux assauts des musulmans, que l’Ordre est devenu également militaire par nécessité. L’Hospital a été élevé au rang d’ordre religieux en 1113 par le pape Pascal II et s’est doté vingt ans plus tard de sa propre règle à l’instigation de Raymond du Puy.

À la suite de la chute du dernier royaume chrétien de Palestine en 1291, les hospitaliers se réfugient d’abord à Chypre puis à Rhodes où, en 1311, ils fondent un hôpital. Les religieux, qui sont aussi des chevaliers, affluent de toute l’Europe pour protéger l’île des prétentions ottomanes. Mais en 1522, en dépit d’une résistance héroïque, ils doivent s’incliner devant Soliman le Magnifique. Magnanime, le sultan laisse les derniers combattants s’embarquer avec leurs trésors, leurs archives et leurs reliques.

Le gendarme de la Méditerranée

Après sept ans d’errance, Charles Quint donne l’île de Malte à l’Ordre où il restera presque trois siècles et dont il a gardé le nom. En 1565, l’Ordre triomphe du Grand Siège des Ottomans sous la conduite du grand maître Jean Parisot de La Valette qui a laissé son patronyme à la capitale de l’île de Malte. Après cette victoire, l’Ordre acquiert un grand prestige : outre sa domination dans le domaine médical avec la création de la Sacrée Infirmerie, le plus grand hôpital d’Europe, et d’écoles de médecine, de chirurgie et de pharmacie, il se dote d’une flotte puissante, qui en fait le gendarme de la Méditerranée occidentale, et d’une académie navale où viendront se former les grands officiers de marine français tels Forbin, de Grasse, Tourville ou bien encore Suffren.

Après la prise de Malte par Bonaparte en route vers l’Égypte en 1798, l’Ordre est à nouveau condamné à une longue errance. Un temps placé sous domination russe, l’Ordre s’installe à Rome en 1834. Après la restauration de la dignité de Grand Maître par le pape Léon XIII en 1879, l’Ordre va se consacrer désormais à sa vocation hospitalière. Pendant la Première Guerre mondiale, l’Ordre va soigner 800.000 soldats des deux côtés du front.

Une organisation caritative unique au monde

En 1961, sa nouvelle Charte constitutionnelle (modifiée en 1997) est adoptée. L’Ordre constitue aujourd’hui à la fois un ordre religieux dans lequel peut être prononcé des vœux de religion et un État reconnu par cent-dix gouvernements avec lesquels il entretient des relations diplomatiques. C’est aussi une organisation caritative forte de ses 13.500 membres, 80.000 bénévoles et 40.000 salariés agissant à travers les prieurés et associations nationales présents dans plus de cinquante pays. L’association française a créé en 1927 les Œuvres hospitalières françaises de l’Ordre de Malte, reconnues d’utilité publique l’année suivante, et communément appelées aujourd’hui Ordre de Malte France. L’institution intervient en France et dans vingt-six pays essentiellement francophones dans les domaines de la santé, du handicap, de la précarité et du secourisme.

C’est dans cette vocation et cette longue tradition que s’est inscrit Fra’ Giacomo. Né à Rome en 1944, il a été admis dans l’Ordre en 1985 comme chevalier d’honneur et de dévotion avant de prononcer ses vœux perpétuels en 1993. Grand Commandeur en 2004, il a été lieutenant intérimaire une première fois, en 2008, à la suite du décès du Grand Maître Fra’ Andrew Bertie puis, une seconde fois, en 2017, après la démission du Grand Maître Fra’ Matthew Festing, avant d’être élu lui-même quatre-vingtième Grand Maître de l’Ordre le 2 mai 2018. De son court mandat, Fra’ Giacomo laissera le souvenir d’un homme de grande spiritualité et de chaleur humaine. Toutes qualités qui seront utiles à son successeur pour mener à bien la nouvelle réforme de la Charte constitutionnelle attendue pour la fin de l’année.

Le Top de Fabrice de Chanceuil
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Afficher La Suite