Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Les reliques de sainte Marie-Madeleine prennent la mer

Louis D.
Sur le bateau, un reliquaire avec le tibias de sainte Marie-Madeleine.
Partager

André, Xavier et Louis, étudiants de 23 ans, ont décidé de voguer sur les flots bleus de la Méditerranée, accompagnés et protégés par les reliques de sainte Marie-Madeleine. La pandémie de Covid-19 les ayant obligé à modifier leur itinéraire, ils sont partis le 15 juin de Saint-Louis-du-Rhône et devraient arriver le 8 août à Marseille. En étape à Rome, ils racontent à Aleteia les dessous de ce périple maritime placé sous le regard bienveillant de Marie-Madeleine.

C’est un surprenant équipage que vous pourriez croiser cet été en plein milieu de la Méditerranée. Trois étudiants français de 23 ans, Xavier, Louis et André ont décidé de prendre la mer sur un voilier accompagnés, du côté de la proue… des reliques de sainte Marie-Madeleine. Une expédition insolite, où la spiritualité côtoie quotidiennement l’aventure et le dépassement de soi. C’est en septembre 2019 que née dans l’esprit de trois étudiants l’idée de ce périple en bateau. Se définissant volontiers comme “marins et catholiques”, ils ont décidé d’unir leur foi et leur passion, et de naviguer dans les pas d’un grand saint. Ou plutôt d’une grande sainte, Marie-Madeleine, qu’ils ont l’occasion de découvrir lors d’un week-end spirituel à la Sainte-Baume, haut-lieu spirituel des frères dominicains.

Louis D.
Les trois étudiants en escale à La Ciotat.

Les dominicains, marqués par l’engouement de ces jeunes, ont accepté de leur confier une des reliques de la sainte. Leur itinéraire est tout trouvé : chargés du précieux tibia de sainte Marie-Madeleine, parvenu jadis en Provence, ils se mettront dans le sillage de la sainte sur la Mare Nostrum et rejoindront Jérusalem… Mais la pandémie de Covid-19 a tout bouleversé. La Terre Sainte étant désormais difficile d’accès, leur trajet ne dépassera pas l’Italie, c’est-à-dire Rome et Capri le 25 juin et le 4 juillet. Le bateau s’est ensuite dirigé vers la Corse pour être reçu par une communauté le 11 juillet, avant de longer le Golfe du Lion et clore cette excursion à Marseille le 8 ou le 9 août, où ils remettront les reliques de sainte Marie-Madeleine aux Dominicains du sanctuaire.

Capture I Google Map
Itinéraire du pèlerinage maritime.

Concrètement, ils ont décidé de « garder le projet sous la protection de sainte Marie-Madeleine » mais, tout en conservant l’aspect navigation, ils privilégient les rencontres de différentes paroisses et communautés riveraines avec un but précis : « Se mettre à leur service ». Au programme : évangélisation, adoration, catéchèses énoncées par les prêtres, processions… Les trois étudiants ingénieurs vivent ce temps comme une période spirituelle qui leur est offerte. Chaque jour, l’équipage récite Laudes, Angélus et Complies ensemble. Puis une heure d’oraison leur est conseillée par le dominicain en charge spirituellement de leur projet. Retrouver une certaine “simplicité de foi” à travers ce périple, tel est l’objectif que se fixent les matelots. Vivre aux côtés de sainte Marie-Madeleine, raconter son histoire, naviguer au rythme du vent…

Vivre une certaine « simplicité de foi »

Arrivés à Rome fin juin, ils témoignent déjà des grâces reçues. Depuis leur départ, un formidable engouement a vu le jour. Ils ont fait de merveilleuses rencontres à chaque étape. Dans la capitale italienne, un paroissien leur a présenté une chanson dont il est l’auteur, et qui porte sur sainte Marie-Madeleine. En France, un prêtre a voulu les accompagner en proposant des catéchèses sur le thème de la “meilleure amie de Jésus”, durant tout l’été. Les jeunes marins multiplient les discussions intéressantes et les touchants témoignages de vie. Devant l’enthousiasme des prêtres à l’évocation du pèlerinage, ces derniers prennent conscience de la joie des fidèles devant ces reliques arrivant au gré des vagues, le temps d’une soirée, sur leurs rives puis dans leur église.

Un pèlerinage qui a du sens

« La grande pécheresse devenue une sainte particulièrement admirée laisse bon espoir à beaucoup de gens », affirme Xavier avec humour. La bande d’amis veut par cette traversée maritime et spirituelle « se concentrer sur l’Église » et s' »unir au Christ ». Après ces premières semaines de navigation et de haltes, le groupe rend régulièrement « grâce pour ces personnes rencontrées, ces paysages, ces heures d’adoration » en France, comme en Italie. Protégés par la « nouvelle Eve » surnommée ainsi par quelques pères de l’Église. Le jeune équipage va ainsi multiplier, jusqu’au 8 août, les rencontres avec d’autres visages et permettre à de nombreux fidèles de se réunir, le temps d’une soirée, autour de l’apôtre des apôtres, celle qui a aimé Jésus d’une amitié unique.