Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Vidéo : mission délicate pour les cordistes de Notre-Dame de Paris

Partager

L’immense échafaudage de Notre-Dame de Paris, qui pèse près de 200 tonnes, est en train d’être démonté depuis ce lundi 8 juin. Une opération à haut risque pour les cordistes, qui travaillent parfois à 40 mètres du sol. C’est la phase la plus délicate du chantier de sauvegarde de l’édifice.

« L’opération se déroulera tout au long de l’été », a d’emblée prévenu l’établissement public chargé de la restauration de la cathédrale. Après des mois de préparation, notamment de ceinturage de la structure fragilisée avec des poutres métalliques, le démontage de l’immense échafaudage de Notre-Dame de Paris a enfin débuté, ce lundi 8 juin. Le 15 avril 2019, cette structure titanesque avait miraculeusement résisté à l’incendie. Mais les tubes métalliques s’étaient déformés et soudés sous l’effet de la chaleur. Les cordistes, répartis en deux équipes de cinq qui travaillent en alternance, ont donc la délicate mission de les découper à l’aide de scies sabres. Ils les évacuent ensuite grâce à une grue de 80 mètres.

La restauration de la cathédrale pourra ensuite vraiment commencer

Cet échafaudage, « est constitué d’un enchevêtrement de 40.000 pièces pour un poids de 200 tonnes dont la moitié se trouve à plus de 40 mètres de haut », précise l’établissement public. Il avait été monté quelques mois avant l’incendie, afin de procéder à la restauration de la flèche. Une fois son démantèlement achevé, cela permettra de terminer les investigations et de commencer réellement la restauration de la cathédrale.