Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

George Floyd : le pape François condamne le « péché du racisme » et récuse les violences

Partager

Le pape François a confié avoir été témoin de « l’agitation sociale inquiétante » qui a suivi la mort tragique de George Floyd aux États-Unis après sa catéchèse de l’audience générale, ce mercredi 3 juin. Il a prié pour ceux qui ont perdu la vie « à cause du péché du racisme ».

La diffusion le 25 mai d’une vidéo montrant la mort d’un homme d’origine afro-américaine lors d’une interpellation à Minneapolis, aux États-Unis, a déclenché de grandes vagues d’émotions et de protestations dans ce pays et dans le monde entier. Face aux débordements et aux violences observés ces derniers jours, le pape François a tenu à s’exprimer sur ce sujet lors de l’audience générale, depuis les appartements pontificaux du Vatican.

L’intercession de Notre-Dame de Guadalupe

Le chef de l’Église catholique s’est adressé aux Américains et a prié pour « le repos de l’âme de George Floyd, et de tous ceux qui ont perdu la vie à cause du péché du racisme ». Face à « l’agitation sociale inquiétante » de ces derniers jours, il a confié les États-Unis à l’intercession de Notre-Dame de Guadalupe, « Mère de l’Amérique ».

« Nous ne pouvons pas tolérer ou fermer les yeux sur le racisme et l’exclusion sous quelque forme que ce soit et pourtant prétendre défendre le caractère sacré de chaque vie humaine », a insisté le Souverain pontife. Dans le même temps, il a rappelé que « la violence des dernières nuits est autodestructrice » : « on ne gagne rien à la violence, et on y perd tant de choses ».

De son côté, le cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral, a déclaré au cours d’un entretien avec Vatican News le 3 juin 2020 que le racisme allait « à l’encontre du fondement de notre conception de la personne humaine ». Donnant le pasteur et militant Martin Luther King (1929-1968) en exemple, il a souligné qu’il ne pouvait que « partager » l’idée d’un appel à une action civile non-violente en guise de protestation. Il a également tenu à ajouter « un appel au pardon », seule manière selon lui d’honorer la mémoire de George Floyd.