Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Découvrez la magnifique abbaye de Mondaye depuis votre salon

Capture d'écran Abbaye de Mondaye / YouTube
Partager

Visiter l’abbaye de Mondaye (Calvados), écouter les vêpres chantés par les moines de la communauté depuis son ordinateur… C’est possible. Une visite virtuelle à faire absolument durant le confinement.

Avec le confinement et les mesures sanitaires liées au Covid-19, les visites de la célèbre abbaye de Mondaye ne sont pas autorisées. Cependant il est possible de découvrir ce magnifique sanctuaire et même d’assister à certains offices de la communauté depuis chez soi. En effet, les frères de la communauté ont mis en ligne des vidéos d’une qualité impressionnante. Elles permettent la visite virtuelle de l’abbaye Saint-Martin comme si vous y étiez : l’église abbatiale, la bibliothèque, le cloître, la salle du chapitre, le réfectoire…

Un moment d’émerveillement dans un monastère bien vivant. Située à Juaye-Mondaye, dans le Calvados (Normandie), l’abbaye de l’ordre des Prémontrés fondée en 1200 est la seule abbaye canoniale de cet ordre encore en activité en Normandie. Elle compte plus de quarante frères, répartis entre Mondaye et ses deux prieurés, Conques et Tarbes :

Depuis le début du confinement, les frères de l’abbaye célèbrent la messe et chantent l’office à huis-clos. Cependant, on peut y assister en écoutant l’enregistrement des vêpres mis en ligne sur le site de l’abbaye chaque jour dès 19h15. En invitant à suivre ainsi la vie de la communauté, à prier les frères et à visiter virtuellement l’abbaye, le père abbé François-Marie Humann a expliqué qu’une abbaye est naturellement équipée pour vivre un temps de confinement.

Celle-ci s’est donc « vite organisée pour y faire face, par exemple en cuisine où les talents des uns et des autres se révèlent ». Le potager occupe certains frères quand d’autres réparent les murs de clôture. Les frères étudiants ne relâchent pas leurs efforts ainsi que tous ceux qui sont attelés à des travaux d’étude et de rédaction d’ouvrages ». Quant à ceux qui sont en charge des paroisses, ils « veillent à garder des liens au moins téléphoniques avec le maximum de personnes » notamment avec les personnes âgées vivant seules et des familles endeuillées à cause du coronavirus.