Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

La solitude, un facteur aggravant pour les personnes en fin de vie

DOTYK
kuzmaphoto | Shutterstock
Partager

Les personnes en fin de vie sont plus vulnérables et ont des symptômes plus importants si elles sont seules, révèle une étude récente publiée par le « Journal of the American Geriatrics Society ».

Quel impact la solitude peut-elle avoir sur les patients en fin de vie ? C’est à cette question que se sont intéressés des scientifiques de l’Université du Michigan. Dans une étude publiée début mars par le Journal of the American Geriatrics Society, des chercheurs ont étudié le profil de 2.896 Américains de plus de 50 ans décédés entre 2004 et 2014.

Leur conclusion : les personnes seules souffrent d’un plus grand nombre de symptômes que les personnes entourées et accompagnées. Dans le détail, 35,5% des personnes seules ont eu recours aux soins palliatifs pendant les deux dernières années de leur vie contre 29,4% des personnes entourées.

« Nous devons faire plus, en tant que professionnels de santé mais aussi en tant que société, pour dépister et intervenir sur la solitude non seulement en fin de vie, mais aussi avant », conclut l’auteur de l’étude, Nauzley Abedini. « La solitude est un phénomène psychosocial omniprésent qui a de profondes répercussions sur la santé et le bien-être des personnes âgées tout au long de leur vie, et en particulier en fin de vie ».