Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 14 juin |
Saint Elisée
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Faut-il être poli avec les assistants vocaux ?

shutterstock_1333814552.jpg

Andrey_Popov - Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 20/02/20 - mis à jour le 05/10/22

Les enceintes connectées envahissent les maisons et les enfants ne sont pas les derniers à leur demander de menus services. La question se pose donc, faut-il dire « s’il te plait » et « merci » à Alexa ou à Siri, les assistants vocaux d’Amazon et d’Apple ? Réponse de Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, membre de l’Académie des technologies.

Depuis qu’il est tout petit, vous vous évertuez à apprendre la politesse à votre enfant, notamment lorsqu’il demande quelque chose. Mais voilà, lorsqu’il demande à Alexa de monter le son de sa musique, doit-il dire « s’il te plait » et « merci » ? Les fabricants tentent de les y engager, s’achetant ainsi la confiance des parents sur leur vertu éducative. Le programme “Magic Word” (mot magique) d’Amazon US encourage ainsi la politesse en répondant “Merci de demander si gentiment” ou “de rien” lorsque l’enfant utilise une formule de politesse.

Surtout apprendre à faire la différence entre la machine et l’humain

Cependant, pour Serge Tisseron, psychiatre spécialiste des nouvelles technologies, être poli avec les chatbots revient à brouiller “l’indispensable distinction entre l’humain et la machine”. Pour la première fois dans l’histoire, ces outils connectés établissent une forme de réciprocité entre l’homme et la machine. Dire merci à Alexa, c’est finalement l’élever au même rang que celui des humains. Habituellement, on ne dit pas merci à une machine ou à un appareil électroménager.

C’est pourquoi Serge Tisseron préconise de bannir toutes formules de politesse avec un assistant vocal. “Plutôt que d’apprendre à nos enfants à être polis aujourd’hui avec les enceintes connectées, et demain avec les robots conversationnels, il vaudrait mieux leur apprendre que ces machines ne font pas partie de la même catégorie que leur père, leur mère, leurs frères et leurs sœurs, mais qu’ils appartiennent plutôt à celle de la télévision et du grille-pain”, conseille-t-il dans son prochain livre L’emprise sournoise des machines parlantes (ed. Les Liens qui Libèrent).

Si la différenciation entre la machine et l’humain semble évidente aujourd’hui, elle le sera de moins en moins dans les années à venir. En effet, plus l’intelligence émotionnelle et sociale des robots s’affinera, plus la distinction entre humains et machines disparaîtra, prédit Serge Tisseron. “Savoir identifier ce qui rend les humains différents des machines sera une compétence sociale de plus en plus essentielle au fur et à mesure que les intelligences artificielles infiltreront tous les aspects de nos vies”.

Impact négatif des assistants vocaux sur les enfants

De plus, selon une récente étude des chercheurs de l’université de Cambridge, utiliser des assistants vocaux pourrait nuire au développement des enfants. “L’intelligence artificielle avancée pilotant les appareils ainsi que les voix à consonance humaine ont suscité des inquiétudes. L’attribution d’attributs mentaux et sociaux aux appareils peut affecter négativement le développement cognitif et social des enfants”, indiquent les auteurs dans cette étude publiée dans la revue Archives of Disease in Childhood. Comme l’explique Anmol Arora, coauteur de l’étude dans The Guardian, les risques se situent à plusieurs niveaux. “Les multiples impacts sur les enfants comprennent des réponses inappropriées, entravant le développement social et entravant les opportunités d’apprentissage”.

“Si un enfant est particulièrement jeune, il se peut qu’il ne soit pas capable de prononcer correctement certains mots et il y a alors un risque que ses mots soient mal interprétés et qu’il soit exposé à quelque chose d’inapproprié”, prévient encore Anmol Arora. Comme ces appareils sont conditionnés pour répondre à une forme de question, “les enfants vont apprendre des formes de questionnement très étroites et toujours sous la forme d’une demande”, met encore en garde Anmol Arora. D’autres études sont par ailleurs nécessaires pour déterminer l’impact réel de l’utilisation de ces assistants vocaux dans le développement des enfants. 

Tags:
ÉducationEnfantsTechs
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-POP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement