Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 03 juillet |
Saint Thomas
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Faut-il être poli avec les assistants vocaux ?

shutterstock_1333814552.jpg

Andrey_Popov - Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 20/02/20

Les enceintes connectées envahissent les maisons et les enfants ne sont pas les derniers à leur demander de menus services. La question se pose donc, faut-il dire « s’il te plait » et « merci » à Alexa ou à Siri, les assistants vocaux d’Amazon et d’Apple ? Réponse de Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, membre de l’Académie des technologies.

Depuis qu’il est tout petit, vous vous évertuez à apprendre la politesse à votre enfant, notamment lorsqu’il demande quelque chose. Mais voilà, lorsqu’il demande à Alexa de monter le son de sa musique, doit-il dire « s’il te plait » et « merci » ? Les fabricants tentent de les y engager, s’achetant ainsi la confiance des parents sur leur vertu éducative. Le programme « Magic Word » (mot magique) d’Amazon US encourage ainsi la politesse en répondant « Merci de demander si gentiment » ou « de rien » lorsque l’enfant utilise une formule de politesse.

Cependant, pour Serge Tisseron, psychiatre spécialiste des nouvelles technologies, être poli avec les chatbots revient à brouiller « l’indispensable distinction entre l’humain et la machine ». Pour la première fois dans l’histoire, ces outils connectés établissent une forme de réciprocité entre l’homme et la machine. Dire merci à Alexa, c’est finalement l’élever au même rang que celui des humains. Habituellement, on ne dit pas merci à une machine ou à un appareil électroménager. C’est pourquoi Serge Tisseron préconise de bannir toutes formules de politesse avec un assistant vocal. « Plutôt que d’apprendre à nos enfants à être polis aujourd’hui avec les enceintes connectées, et demain avec les robots conversationnels, il vaudrait mieux leur apprendre que ces machines ne font pas partie de la même catégorie que leur père, leur mère, leurs frères et leurs sœurs, mais qu’ils appartiennent plutôt à celle de la télévision et du grille-pain », conseille-t-il dans son prochain livre L’emprise sournoise des machines parlantes (Les Liens qui Libèrent) à paraître le 18 mars.


VIDEO GAMES

Lire aussi :
Serge Tisseron : « Pour les jeux vidéo, le pire serait de décréter : c’est de la connerie ! »

Si la différenciation entre la machine et l’humain semble évidente aujourd’hui, elle le sera de moins en moins dans les années à venir. En effet, plus l’intelligence émotionnelle et sociale des robots s’affinera, plus la distinction entre humains et machines disparaîtra, prédit Serge Tisseron. « Savoir identifier ce qui rend les humains différents des machines sera une compétence sociale de plus en plus essentielle au fur et à mesure que les intelligences artificielles infiltreront tous les aspects de nos vies. »

Tags:
ÉducationEnfantstechnologie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement