Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 29 octobre |
Saint Narcisse
home iconAu quotidien
line break icon

Le « revenge porn », une « pratique extrêmement courante » chez les jeunes

junpinzon - Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 15/02/20

La diffusion d’images ou de vidéos intimes n’est pas l'apanage de la vie politique. Si les déboires de Benjamin Griveaux font couler beaucoup d'encre, le « revenge porn » est aussi une pratique très répandue chez les adolescents. Selon Thérèse Hargot, sexologue et essayiste, il s’agit d’un vrai phénomène de société.

Benjamin Griveaux, l’ex-candidat à la mairie de Paris, est au cœur de ce qu’on appelle un « revenge porn » (revanche par le porno), un phénomène en explosion depuis la multiplication des réseaux sociaux et l’équipement des smartphones en caméra, consistant à divulguer des contenus à caractère sexuel sans le consentement de la personne concernée. Un phénomène qui n’est pas nouveau et qui prolifère chez les jeunes, à en croire Thérèse Hargot, sexologue et auteur de plusieurs essais dont Qu’est-ce qui pourrait sauver l’amour ? (Albin Michel) à paraître le 2 mars prochain. Entretien.

Aleteia : Prendre et partager des photos ou des vidéos à caractère sexuel, est-ce une pratique courante ?
Thérèse Hargot : C’est très fréquent chez les jeunes. Cela fait partie de leurs pratiques sexuelles. Ils s’envoient des « nudes » (photos d’une partie du corps dénudé), des « dick pics » (photos de pénis), ils se filment en train d’avoir un rapport sexuel. C’est une pratique qui consiste finalement à être spectateur de sa propre sexualité, complètement en lien avec la culture pornographique ambiante, une culture où le sexe se regarde avant de se vivre. Un phénomène extrêmement courant que l’on retrouve beaucoup sur les applications de rencontres. Très facilement et très rapidement, les personnes s’envoient des photos de nus avant de se rencontrer.

À quel besoin cela répond-il ?

Chez les ados, cela répond à un besoin de réassurance narcissique. « Si tu m’aimes, fais-moi plaisir et envoie-moi une photo de toi ». D’une part, envoyer une photo de soi permet de se sentir désirable, tout en satisfaisant le désir de l’autre. Et recevoir une photo rassure également le destinataire qui se sent alors aimé. Mais la question de la réassurance narcissique est typiquement une question d’adolescent. Elle est légitime quand on a 15 ans, pathétique quand on en a 45. Il est normal, à 15 ans de se demander « suis-je aimable ? ». Le problème, c’est que ces photos et vidéos à caractère sexuel ne sont pas le bon moyen pour répondre à un véritable besoin. Ensuite, et c’est ce que je répète en permanence aux jeunes, il est extrêmement facile de faire circuler ces contenus. Dès qu’il y a rupture, chantage affectif ou une revanche à prendre, les photos et vidéos risquent d’être partagées, sans le consentement de la personne. Un délit passible de deux ans d’emprisonnement et de 60.000 euros d’amende, que l’on soit le premier ou le dernier à les diffuser.


BEDTIME

Lire aussi :
Pornographie : vers une autosuffisance sexuelle

Quel type de prévention faites-vous auprès des jeunes ?

J’invite sans arrêt les jeunes à se demander quelle est leur intention, lorsqu’ils s’apprêtent à envoyer ou partager une photo ou une vidéo compromettante. « Pourquoi est-ce que je veux envoyer une photo ? », « Qu’est-ce que je cherche ? », « Est-ce que je veux me rassurer ? De quoi ? Que je suis quelqu’un d’aimable ? Ou est-ce parce ce que j’ai peur de perdre l’amour de mon petit copain ? ». Après la question de l’intention vient la question de la liberté. « Suis-je libre ou bien est-ce que je fais cela sous la contrainte, par peur, ou à cause de la pression sociale ? » Autant de raisons qui ne sont pas le fruit d’une vraie liberté.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
adolescencesexualite
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Timothée Dhellemmes
En Europe, les lieux de culte se reconfinent ...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
KOMUNIA ŚWIĘTA
Mathilde de Robien
A.R.D.O.R., un bel acrostiche pour savoir com...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement