Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Cathédrale Notre-Dame de Paris, Notre-Dame de l’humanité

Notre-Dame de Paris
Notre-Dame de Paris avant l’incendie.
Partager

On ne pourra plus jamais raconter l’année 2019 sans parler d’elle. À l’heure des vœux, nous lui souhaitons une bonne santé, une sainte année 2020, ainsi qu’à tous ses proches, c’est-à-dire au monde entier.

Nous voici arrivés au terme de notre série des portraits spirituels des cathédrales de France inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est Notre-Dame de Paris, blessée dans sa chair, qui nous avait poussés à parcourir la France des autres cathédrales du patrimoine de l’humanité. Point de départ des routes de France, elle fut le motif et le but de notre itinéraire spirituel.

ALETEIA

La cathédrale Notre-Dame de Paris ne figure pas seule au patrimoine mondial de l’Unesco. Elle fait partie de l’ensemble urbain « Paris et les rives de la Seine » inscrit au patrimoine de l’humanité en 1991. Notre-Dame est indissociable de l’histoire des hommes qui ont bâti la ville-capitale fluviale. Elle se situe au cœur de ces 365 hectares retenus pour leur valeur universelle.

Notre-Dame de l’humanité

Nous empruntons à Adrien Goetz, de l’Académie des Beaux-Arts, le titre de son ouvrage paru en mai 2019 aux Éditions Grasset. Au-delà des pierres et de la « forêt », Notre-Dame de Paris incarne l’histoire universelle des hommes qui cherchent Dieu, par Marie. Notre-Dame de Paris est avant tout un lieu de culte. L’Église n’a cessé de le répéter ces derniers mois. Lors de la session annuelle du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco, qui s’est tenue en juillet dernier à Bakou (Azerbaïdjan), l’observateur permanent du Saint-Siège a encore rappelé la dimension cultuelle de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Notre-Dame de Paris illustre plus de huit siècles et demi de vie spirituelle qui ne sont pas partis en fumée. Retour sur trois événements fondateurs de ce haut-lieu de la chrétienté.

De pierre et de foi

En posant la première pierre en 1163, les bâtisseurs ont posé un acte de foi. Ils ne verront pas la fin des travaux. Leur âme était-elle tournée vers Dieu ou vers leurs frères en humanité ? Maurice de Sully, l’évêque bâtisseur (mort en 1196) ne verra pas non plus la fin du chantier. Le XIIe siècle est une époque de paix et de propagation de la foi. La population de Paris augmente, les paroissiens de l’île de la Cité aussi. Le chapitre Notre-Dame est renommé pour la qualité de son enseignement. Cet élan spirituel favorise la recherche d’un nouvel art religieux. Depuis sa consécration en 1190, Notre-Dame participe intimement à l’histoire religieuse et politique de la France « fille aînée de l’Église ».

Saint Louis et les reliques de la Passion

Au XIIIe siècle, le roi Louis IX, futur saint Louis, dote la cathédrale de reliques inestimables, dont la couronne d’épines du Christ, rachetée à des marchands vénitiens. Un morceau de la Croix et un clou, instrument de la Passion, complète ce trésor sauvé des flammes le 15 avril dernier. La couronne d’épines, l’une des reliques les plus vénérées en Occident, était exposée à Notre-Dame de Paris le premier vendredi de chaque mois, mais aussi chaque vendredi de carême.

La conversion de Paul Claudel

L’écrivain (1868-1955) a raconté lui-même sa conversion le jour de Noël 1886, à Notre-Dame de Paris, pendant les Vêpres : « J’étais moi-même debout dans la foule, près du second pilier à l’entrée du chœur à droite du côté de la sacristie. Et c’est alors que se produisit l’événement qui domine toute ma vie. En un instant mon cœur fut touché et je crus. Je crus, d’une telle force d’adhésion, d’un tel soulèvement de tout mon être, d’une conviction si puissante, d’une telle certitude ne laissant place à aucune espèce de doute, que, depuis, tous les livres, tous les raisonnements, tous les hasards d’une vie agitée, n’ont pu ébranler ma foi, ni, à vrai dire, la toucher. »

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]