Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Saint-Léry, la seule commune de France à avoir pour maire… une religieuse

Soeur Annick Homo est à la fois religieuse et maire de la commune de Saint-Léry, dans le Morbihan.
© Mairie de Saint-Léry
Soeur Annick Homo est à la fois religieuse et maire de la commune de Saint-Léry, dans le Morbihan.
Partager

C’est un cas devenu unique en France. À Saint-Léry dans le Morbihan, sœur Annick Homo, membre de la congrégation des Sœurs de l’Immaculée, cumule vie religieuse et vie d’élue. Pour le plus grand bonheur de ses administrés.

À 78 ans, sœur Annick Homo a décidé de souffler. Elle ne briguera pas de troisième mandat à la tête de la mairie de Saint-Léry (Morbihan), lors des élections municipales du mois de mars prochain. Dans cette petite bourgade de 200 habitants à 24 kilomètres de Ploërmel, elle prouve par son engagement quotidien auprès des autres qu’il est possible d’être à la fois maire et religieuse. « À la mairie, on est débordé, dérangé nuit et jour. Il faut être à l’urbanisme, à l’état civil, écouter les gens et batailler à l’intercommunalité », témoigne-t-elle au journal Le Télégramme de Brest. Un emploi du temps surchargé qui ne l’empêche pas de vivre pleinement de sa foi. Pilier à la mairie, sœur Annick Homo l’est aussi à la paroisse, où la messe n’est plus célébrée qu’une fois par mois.

Le dernier cas en France

Au mois de mai 2020, il n’y aura donc plus de prêtre ou de religieuse à la tête d’une commune française. Le père Élie Geffray, tout dernier en France à avoir cumulé la vie de prêtre et de maire, avait renoncé à briguer un nouveau mandat en 2014. Jadis, voir un religieux être aussi édile n’était pas rare. À Dijon par exemple, le chanoine Félix Adrien Kir, qui a donné son nom au célèbre apéritif, a occupé le poste de maire de 1945 à 1968. Il a également siégé à l’Assemblée nationale.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]