Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Quand la soutane siégeait à l’Assemblée nationale

FELIX KIR
STF I AFP
Le chanoine Kir (1876 – 1968). Résistant, Félix Adrien Kir, connu sous le nom de chanoine Kir, fut député de Côte-d’Or et maire de Dijon durant 22 ans. Commandeur de la Légion d’honneur, il s’est fait remarquer à l’Assemblée nationale par son franc-parler et sa gouaille truculente. Ce fut le dernier prêtre député à avoir porté la soutane sur les bancs de l’Assemblée nationale. À la tribune de cette dernière, il eut cette formule : "Mes chers confrères, on m’accuse de retourner ma veste et pourtant, voyez, elle est noire des deux côtés."
Partager

L’abbé Pierre, le chanoine Kir, Mgr Dupanloup… plusieurs hommes d’Église ont siégé à l’Assemblée nationale et au Sénat.

La manière dont se vêtir est-ce déjà de la politique ? Alors que le bureau de l’Assemblée nationale vient d’interdire le port de signes religieux ostensibles par les députés dans l’hémicycle, Aleteia vous propose de (re)découvrir des ecclésiastiques qui siégèrent à l’Assemblée nationale et au Sénat de la IIIe à la Ve République.

Car les hommes d’Église furent relativement nombreux à siéger. Que ce soit au moment de la Révolution française avec l’abbé Sieyès, l’abbé Grégoire et l’évêque Talleyrand (qui fut même le Président de l’Assemblée nationale constituante), au début du XXe siècle avec l’abbé Lemire, député du Nord qui œuvra à une réconciliation entre les classes populaires et l’Église, ou un peu plus récemment l’abbé Pierre qui fut élu comme député de Meurthe-et-Moselle en octobre 1945, les ecclésiastiques ont fait partie de la vie politique française.

L’abbé Jules Lemire, député et maire d’Hazebrouck, dans le Nord, a également marqué le début du XXe siècle en amorçant le catholicisme social (il a notamment fondé la Ligue Française du Coin de Terre et du Foyer et est à l’origine des jardins ouvriers). Mgr d’Hulst, élu député du Finistère en 1892, a également marqué les cœurs et les esprits en fondant l’Institut catholique de Paris. Il a œuvré à relever le niveau des études, surtout celle des sciences sacrées, au sein du clergé français. Tour d’horizons en image.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]