Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Recensement de la population : des « ménages » qui n’en sont plus vraiment

FAMILY
New Africa - Shutterstock
Partager

Alors que le Larousse définit le mot « ménage » par un « couple constituant une communauté domestique », les dernières données de l’Insee rapportent que plus d’un tiers des ménages ne sont composés en réalité que d’une seule personne.

Pour l’Insee, un ménage est constitué par l’ensemble des personnes partageant le même logement, qu’elles aient ou non des liens de parenté. Un « ensemble » qui s’avère bien petit au regard des derniers chiffres publiés par l’Institut ce 16 décembre 2019. Les ménages français sont de plus en plus réduits. En moyenne, un ménage regroupe 2,2 personnes en 2013, alors qu’il en comptait 2,4 en 1999. Un chiffre qui s’élevait à 3,1 dans les années 1950-1960, en plein cœur du baby-boom, et à 4 en 1851. Actuellement, la configuration de la population française se compose en trois parts à peu près égales : plus d’un tiers des ménages (35%) ne sont composés que d’une seule personne, une configuration désormais plus fréquente que celle des ménages de deux personnes (33%). Et un petit tiers (32%) est constitué de trois personnes ou plus.

« Les modes de vie sont vraisemblablement le moteur principal de ces évolutions. Beaucoup de changements ont touché la sphère familiale depuis plusieurs décennies (moindre fréquence des familles nombreuses, mises en couple plus tardives, unions plus fragiles entraînant l’augmentation de la monoparentalité, décohabitation des générations). Tous ont été dans le sens d’une réduction de la taille des ménages », souligne le rapport.

Une solitude forte chez les personnes âgées

Les seniors sont les personnes qui vivent le plus souvent seules. En 2013, 38% des personnes âgées de 75 ans ou plus résident seules, surtout des femmes. « Ces dernières sont davantage confrontées au veuvage que les hommes, car elles sont ordinairement plus jeunes que leurs conjoints et ont une mortalité plus faible aux mêmes âges ; par ailleurs, elles se remettent moins souvent en couple après une rupture d’union ».

Le nombre de familles monoparentales a doublé depuis 1990

Le nombre de familles monoparentales ne cesse de croître régulièrement. Elles représentent désormais plus d’une famille avec enfants sur cinq. L’Insee en dénombre 1,8 million en 2013, contre à peine 1,3 million en 1999 et un million en 1990 (soit + 87% en 23 ans). La part des familles monoparentales est ainsi passée de 12% en 1990 à 17 % en 1999, pour atteindre 22% en 2013, allant dans le sens de la réduction de la taille moyenne des ménages.